« Les Jurassiens sont attachants »

L’heure du départ a sonné pour Olivier Guéniat. Après deux ans et demi en tant que commandant ...
« Les Jurassiens sont attachants »

Olivier Guéniat Olivier Guéniat

L’heure du départ a sonné pour Olivier Guéniat. Après deux ans et demi en tant que commandant ad interim de la police cantonale jurassienne, l’homme va retrouver son poste de chef de la police judiciaire du canton de Neuchâtel.

 

Entre satisfaction et frustration

A l’heure du bilan, il y a quelques regrets mais surtout de belles satisfactions. « Je suis très fier du travail accompli notamment en ce qui concerne la remise en marche de certains processus de management de police et du travail spectaculaire qui a été effectué au sein de la police judiciaire », précise Olivier Guéniat.

Il ajoute encore que la réforme Police 2015 a été très intense. « Nous sommes à bout touchant. Le Gouvernement jurassien a accepté la dernière version du rapport que je lui ai fait parvenir. Un projet qui part en consultation externe pour ensuite être présenté au parlement. Puis, la police jurassienne pourra faire sa mue ».

Olivier Guéniat avoue également être quelque peu frustré, notamment sur le projet de fusion des polices jurassiennes et neuchâteloises. «J’aurais tellement voulu voir le résultat dans les urnes au niveau de la votation populaire qui était prévue au premier semestre 2015 ».

Autre petite amertume, celle qui concerne le projet de contrôle de la circulation routière en lien avec les contrôles radars. Olivier Guéniat se questionne : « Comment faire pour maîtriser une quinzaine de secteurs où les taux d’infractions sont supérieurs à 20% et montent jusqu’à plus de 40% sur certains tronçons. J’avais un début de projet pour effectuer des essais. Mais au niveau parlementaire, on n’était certainement pas prêts. Au niveau syndical aussi, il y a eu quelques confusions. Maintenant les choses sont clarifiées et on va de l’avant ».

Olivier Guéniat estime qu’il a appris au corps de police jurassien à ne plus regarder derrière, mais cela prend du temps. « Cette police a été secouée par une tempête et on ne peut pas en faire le déni. Mais le deuil est en passe d’être fait aujourd’hui ».

 

« Une aventure humaine chaude »

Sur son lien avec la population locale, Olivier Guéniat en gardera un excellent souvenir. « Les Jurassiens sont terriblement attachants parce qu’ils n’ont pas de pudeur dans le contact. C’est fou ce qu’ils ont pu m’écrire, me téléphoner, m’encourager. Il existe une chaleur humaine dans ce canton qu’on ne retrouve pas ailleurs ». /jpp


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus