Six millions de moins pour le Jura !

Argent, billets, banque

Le Jura va devoir se passer de près de six millions de francs cette année. Ce montant aurait dû être reçu via les dividendes 2013 de la BNS. Mais la Banque nationale suisse annonce lundi matin une perte de neuf milliards de francs pour l’exercice écoulé, selon des chiffres provisoires. Ce résultat s’explique essentiellement par la chute du prix de l’or. La BNS ne devrait donc rien distribuer aux collectivités publiques.

Chaque année, la Banque nationale suisse verse un milliard de francs à la Confédération et aux cantons. Le montant de ces dividendes a été fixé dans une convention fin 2011, une convention qui court jusqu’à l’an prochain. Ces dividendes sont alloués aux collectivités publiques et aux actionnaires en fonction des résultats annuels et des réserves pour la distribution de la BNS. Avec ce mauvais résultat, la manne d’un milliard de francs ne sera pas versée. Les cantons suisses ne toucheront pas les 667 millions prévus. Le Jura devra ainsi se passer de près de six millions de francs, un montant défini en fonction de sa population. Cette somme figure au budget de cette année. La nouvelle de ce lundi fait donc plonger le déficit jurassien prévu pour 2014 à plus de 11 millions de francs. La BNS publiera ses chiffres définitifs le 7 mars. C’est donc à ce moment-là que les collectivités publiques seront fixées sur leur sort avec certitude.

Le Jura n’a pas vu venir cette mauvaise nouvelle. Charles Juillard explique que le canton « s’est fié aux accords passés entre la Confédération et la Banque nationale suisse. Nos informations étaient contradictoires, avec une évolution très volatile des résultats de la BNS ». Le ministre jurassien des Finances ne se fait plus d’illusions quant à une éventuelle rentrée d’argent de la part de la Banque nationale suisse. Le budget cantonal sera réexaminé, selon Charles Juillard, dans le but de faire de nouvelles économies. Il attend beaucoup du projet OPTIMA, qui analyse les prestations de l’Etat dans le but de les optimiser, pour dégager de nouvelles marges de manœuvre financière. Des effets sont attendus dès 2015. /msc


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus