Le couteau disparaît, le site se développe

Le couteau Wenger n’a plus que quelques mois à vivre. La fabrication de lames estampillées du logo de la firme jurassienne devrait prendre fin ce printemps. C’est ce que nous a confié jeudi Alexander Bennouna. Le directeur du site de Delémont n’articule aucune date précise, mais l’objectif est de démarrer la livraison de couteaux Victorinox depuis le Jura ce printemps. La production est en train de se mettre en place. Ces nouvelles lames comprendront la mention « made in Delémont ». Ce changement de nom avait été annoncé il y a près d’une année par la firme schwytzoise.

La phase de transition, débutée suite à cette annonce, doit s’étaler sur trois ans. Le site de Delémont est appelé à s’agrandir dans ce laps de temps. Plusieurs activités d’autres sites helvétiques du groupe Victorinox ont été et seront transférés dans le Jura. Des dizaines d’emplois devraient ainsi être créés d’ici fin 2016.

Le site de Delémont se profile désormais comme le lieu de rendez-vous entre le savoir-faire de la coutellerie et celui de l’horlogerie. Il va devenir un centre de compétence horloger pour le groupe Victorinox. La marque Wenger ne va donc pas disparaître, puisque la firme compte trois gammes de montres : Wenger, Wenger Swiss Military et Victorinox Swiss Army. Alexander Bennouna entend encore développer ces trois marques, via notamment une plateforme organisationnelle commune à Delémont. Enfin, la mention Wenger figure toujours sur des produits de licence tels des bagages, des sacs à dos ou des tentes. /msc


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus