Audience pour des propos sur Facebook

palais de justice

Publier des propos sur Facebook peut avoir des conséquences. Ça pourrait être la morale de l’audience de mardi matin. Deux femmes qui ont un lien de parenté éloigné  se sont présentées devant la juge, Lydie Montavon-Terrier au Tribunal de première instance à Porrentruy. La plaignante a accusé la prévenue d’avoir tenu des propos diffamatoires sur ce réseau social. On pouvait y lire qu’elle maltraitait son enfant. Dès le début de l’audience, elle a souhaité retirer sa plainte et demander une conciliation.

La présidente de la cour a donc tenté de rédiger une convention entre les deux parties. Un texte avait déjà été signé par ces deux femmes quelques années auparavant. Force est de constater que ça n’a servi à rien. La juge a insisté pour que cette fois-ci elles se plient à ce document. Les deux femmes ont pris l’engagement de se laisser en paix, de se respecter mutuellement et de ne pas s’importuner. La prévenue doit également retirer la publication sur Facebook et verser 200.- pour tort moral. Enfin, elle a refusé de présenter formellement ses excuses. La juge a donc dû se contenter de la signature de la convention. /nqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus