Le désamour des céréales fourragères

Il n’y a plus de céréales fourragères cultivées l’an dernier. La récolte suisse 2013 est épuisée ...
Le désamour des céréales fourragères

Il n’y a plus de céréales fourragères cultivées l’an dernier. La récolte suisse 2013 est épuisée, alors que le mois de janvier vient à peine de s’achever. C’est le constat alarmiste établi par la Fédération suisse des producteurs de céréales. Il est semblable dans le Jura, selon Michel Darbellay, le directeur de la Chambre jurassienne d’agriculture. Des difficultés ont été rencontrées dès la mise en place des cultures à l’automne 2012. Le froid et les mauvaises conditions météorologiques ont ensuite freiné le développement des céréales au printemps dernier.

Une évolution préoccupante

Au niveau Suisse, les surfaces de céréales fourragères ont chuté de 40% sur les 20 dernières années, soit 40'000 hectares. Cette étendue représente l’entier de la surface agricole jurassienne. Dans le Jura aussi des surfaces importantes de céréales fourragères ne sont plus cultivées. L’orge est, par exemple, en recul de 16% selon Michel Darbellay.

Les agriculteurs ont fait leurs calculs. Ils se sont tournés vers des cultures qui rapportent davantage d’argent. Ils importent désormais des céréales fourragères pour compenser cette diminution de la production. Pour Michel Darbellay, si rien n’est entrepris, cette perte de surface va se poursuivre ces prochaines années. Il rappelle aussi qu’une production de proximité permet de garder la mainmise sur la chaîne alimentaire et une certaine sécurité alimentaire. /msc


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus