Ça sent le gaz à Pfetterhouse

Décharge de Bonfol

Trois agriculteurs ont été incommodés par des odeurs suspectes à Pfetterhouse. Les trois occupants de la ferme Hecker ont ressenti les symptômes en début de matinée mardi. Ils se sont plaints d’odeurs acides leur brûlant les yeux et la gorge. Les émanations auraient aussi causé des difficultés respiratoires chez les animaux, selon le quotidien « L’Alsace ». Les soupçons se sont immédiatement tournés vers la décharge de Bonfol. Alerté, le maire de Pfetterhouse a averti les pompiers et les responsables de la chimie bâloise (BCI). A l’arrivée de la cellule d’intervention chimique du service départemental des sapeurs-pompiers, l’odeur n’était déjà plus perceptible et les mesures effectuées à l’aide d’appareils portatifs n’ont permis de déceler aucune émanation chimique.

 

Aucun lien avec la décharge

Deux représentants de la chimie bâloise se sont rendues sur place et n’ont rien constaté non plus. Des équipes ont également vérifié les installations sur le site-même sans rien découvrir d’anormal. Ironie de l’histoire, les responsables de la décharge avaient reçu le matin même un courrier. La lettre faisait état de plaintes de riverains d’un quartier précis du village français qui auraient remarqué à plusieurs reprises les jours précédents des odeurs de gaz. Dans un cas comme dans l’autre, aucun lien avéré n’a pu être tissé avec la décharge industrielle. La BCI a toutefois mis à disposition les coordonnées de responsables et songe à réactiver son réseau de nez aux alentours du site.

 

En attente…

Des représentants de l’Office jurassien de l’environnement ont également fait le déplacement mardi sans obtenir d’élément concluant. Le responsable cantonal du dossier, Jean-Pierre Meusy, attend les résultats de l’intervention des sapeurs-pompiers et de la chimie bâloise pour essayer de comprendre ce qui s’est passé. A Pfetterhouse, les autorités constatent une inquiétude grandissante au sein de la population. /iqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus