Accord à l’amiable suite à l'agression d'une cheffe de service

Des regrets du bout des lèvres. Le juge Pascal Chappuis a réussi, après bien des efforts, à ...
Accord à l’amiable suite à l'agression d'une cheffe de service

Tour du Coq à Porrentruy

Des regrets du bout des lèvres. Le juge Pascal Chappuis a réussi, après bien des efforts, à raisonner le prévenu. Il était accusé de voies de fait et de menaces à l’encontre d’une cheffe de service dans les locaux du canton en mars 2013. Jeudi après-midi au Tribunal de première instance de Porrentruy, une convention a été signée entre les deux parties. L’homme y présente ses excuses et promet de se montrer respectueux à l’avenir. La victime a, quant à elle, retiré sa plainte.

Ce Jurassien a fini par admettre qu’à la suite de plusieurs ennuis avec les autorités et le voisinage, son énervement s’était entièrement porté sur l’employée d’Etat, « c’était le dernier maillon de la chaîne avant la rupture ». Le 14mars 2013, l’homme a attrapé par le cou la cheffe de service, l’a projetée au mur et a menacé de lui casser la figure. Lors de l’audience, il avait toujours des griefs. A plusieurs reprises, il a tenté de relativiser son geste. Pour lui, la fonctionnaire avait aussi commis une infraction en se rendant à son domicile alors qu’il était absent. Le juge a essayé de lui faire comprendre qu’elle en avait le droit. Après les auditions, le magistrat a demandé au public et à la partie plaignante de sortir afin de s’entretenir seul à seul avec l’accusé. Au retour, l’homme a accepté de s’excuser. Il a tendu la main à sa victime et s’est même mis à genou. Pascal Chappuis n’a guère apprécié la démarche et lui a sommé d’arrêter « son théâtre ». /nqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus