Les nouveaux défis de Christophe Meyer

Un projet en chasse un autre. Christophe Meyer a réalisé un documentaire intitulé « Creugenat ...
Les nouveaux défis de Christophe Meyer

Creugenat photo Meyer Creugenat, photo de Christophe Meyer

Un projet en chasse un autre. Christophe Meyer a réalisé un documentaire intitulé « Creugenat une journée chez les sorcières ». Il sera diffusé le samedi 15 mars à 17h30 au cinéma Colisée à Porrentruy. Puis, à la fin du mois de mars, le Jurassien se lance un nouveau défi : celui de réaliser un tour du monde en 80 jours.

 

« Le Creugenat, un lieu mythique voire mystique »

Christophe Meyer est un passionné de plongée et de spéléologie. Pendant un an et demi, il a tourné des images lors de ces expéditions au Creugenat, situé entre Courtedoux et Chevenez. Le Creugenat, ce gouffre de 20 à 25 mètres de diamètre et profond de 15 à 18 mètres émet des eaux en cas de crue et donne naissance à une rivière temporaire. « C’est un lieu mythique voire mystique pour les Jurassiens encore plus pour les Ajoulots. Il faut passer une partie immergée d’environ 250 mètres de long pour arriver à la partie sèche. A la base, mon objectif était de montrer à mes amis spéléologues cet endroit difficile d’accès, puis j’ai eu l’envie d’en faire un documentaire », explique Christophe Meyer.

 

« Voir si la terre est vraiment ronde »

Christophe Meyer ne manque décidément pas d’imagination. « Le Fou » d’Asuel a eu 47 ans cette année, un chiffre clé pour son nouveau projet. Réaliser un tour du monde en 80 jours en suivant la latitude 47. « Elle traverse la Suisse, je vais donc essayer de suivre cette ligne, histoire de voir si la terre est vraiment ronde ! Plus sérieusement, je vais partir à la rencontre des gens qui habitent sur la même latitude de la Suisse et voir comment ils vivent. Il y a ce jeu de mot, latitude et l’attitude » ironise Christophe Meyer.

L’aventurier jurassien traversera pas moins de 14 pays, de l’Autriche à l’Ukraine en passant par le Kazakhstan puis le Canada pour revenir en Suisse. Il utilisera différents moyens de transports. La moto d’abord jusqu’en Mongolie, puis l’avion jusqu’aux Etats-Unis. Une fois arrivé en France, il chevauchera son vélo pour parcourir le chemin restant. « Et une fois de retour à Asuel, je prendrai bon bain, ça me fera du bien », rigole Christophe Meyer. /jpp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus