La Clinique le Noirmont a retrouvé son rythme de croisière

Clinique le Noirmont

Après une période mouvementée, la Clinique le Noirmont a retrouvé sa sérénité. Verena Nold Rebetez avait repris la tête de l’établissement en mai mais elle n’était restée qu’un mois et demi. Ensuite Pierre Bürki a assuré la direction ad-interim jusqu’en novembre, date à laquelle est entré en fonction Martin Zuber.

Le Chaux-de-Fonnier est donc à la tête de la Clinique le Noirmont depuis presque 4 mois et il tire un premier bilan très positif. Il souligne qu’il a pu s’appuyer sur des collaborateurs très professionnels. Il souhaite maintenant poursuivre le développement de l’établissement. Pour lui, deux axes sont prioritaires: continuer à travailler en faveur de la sécurité des patients et mieux remplir les 80 lits de la clinique.

 

Importante diversification

A la base, la Clinique le Noirmont ne traitait que des patients en réadaptation cardiovasculaire. D’ailleurs, à ses débuts, elle s’appelait Centre Jurassien de Réadaptation Cardiovasculaire (CJRC). Mais, depuis quelques années, l’établissement a diversifié ses activités ; une excellente décision selon le directeur actuel.

Aujourd’hui, elle reçoit notamment de plus en plus de personnes qui souhaitent faire un séjour pour des raisons psychosomatiques. Elle propose également des consultations ambulatoires en cardiologie, en physiothérapie ainsi qu’en diabétologie et en diététique. A l’avenir, il n’est pas exclu que d’autres types de patients se fasse soigner sur les hauteurs du Noirmont. Selon le directeur, Martin Zuber, des réflexions à ce sujet sont men cours mais, pour le moment, rien n’a encore été arrêté. /sbo

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus