« Non » aux gens du voyage à Bure

Assemblée extraordinaire à Bure

Le message était clair jeudi soir à Bure. Les citoyens ont refusé à une majorité écrasante le principe d’implantation d’une aire d’accueil pour les gens du voyage sur les terrains de l’armée. 238 ayant-droits étaient réunis en assemblée extraordinaire dans le complexe scolaire du village. Seul trois d’entre eux se sont prononcés en faveur du projet.

 

Commentaires virulents

La salle était comble, comme jamais lors d’une assemblée. Plusieurs personnes se sont exprimées. Raphaël Schneider, le chef du Service des communes, a tenu à rappeler que le Gouvernement jurassien n’avait pas arrêté de décision quant à l’emplacement de l’aire d’accueil. « Bure est une solution parmi d’autres » a-t-il indiqué.

Une dizaine de personnes de l’audience a, par ailleurs, fait part de ses craintes. Parmi les principales inquiétudes figurent la peur d’éventuels débordements, l’insécurité, et la perte d’attractivité du village. C’est un peu la « goutte d’eau qui fait déborder le vase » pour l’un qui estime que le village subit des nuisances de plus en plus conséquentes, avec notamment l’accueil des militaires et le va-et-vient quotidien des frontaliers. Pour l’autre, ces gens « ne sont pas civilisés », « pas comme nous », il ne faut pas entrer en matière et ne rien négocier.

 

Le message sera-t-il entendu ?

Pourtant la soirée n’a pas tourné au vinaigre. Les différents protagonistes ont su maintenir le dialogue. Raphaël Schneider s’est entretenu avec plusieurs citoyens à l’issue de la soirée. Il nous a indiqué qu’il prenait note de l’avis consultatif de la population et qu’il faudrait désormais avancer dans ce dossier en tenant compte du sentiment des citoyens. Il a par ailleurs évoqué que les autorités planchaient sur d’autres solutions dans la région. Le Gouvernement jurassien fera part de sa position vendredi. /jsr

Assemblée extraordinaire à Bure


Actualisé le

 

Actualités suivantes