Un examen de langue pour les médecins

Médecin

Les médecins qui arrivent en Suisse pourraient être soumis à un test de langue. C'est en tout cas ce que prône Jürg Schlup, président de la Fédération des médecins suisses, qui s’est exprimé dimanche dans « Schweiz am Sonntag ». Selon lui, « des lacunes dans la connaissance linguistique peuvent avoir des effets néfastes sur la qualité et la sécurité d’un traitement ».

A l’Hôpital du Jura, environ 15% des médecins sont étrangers non francophones à la base. Du côté des médecins-assistants, plus de 50% sont étrangers. L’établissement n’a pas mis en place ce genre de test de langue. Les connaissances en français sont toutefois évaluées au cours de l’entretien d’embauche et elles peuvent s’avérer déterminantes.

Un médecin incapable de comprendre et de répondre aux questions qui lui sont posées durant cet entretien n’a que peu de chances d’être engagé. Il est par contre demandé des connaissances plus approfondies selon la fonction visée : la technique d’un chirurgien primera sur son expression orale, par contre un psychiatre doit évidemment maîtriser la langue pour pouvoir suivre un patient. Le porte-parole de l’Hôpital du Jura, Olivier Guerdat, souligne qu’aucun cas problématique n’a jamais été signalé au sein de l’HJU. /iqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus