Pas de caravane dans l'immédiat à Mavalau

Mavalau toujours une option mais pas pour le moment. Lors de sa séance hebdomadaire, le Gouvernement ...
Pas de caravane dans l'immédiat à Mavalau

Mavalau Le site de Mavalau fait toujours partie possibilités envisagées par le Gouvernement.

Mavalau toujours une option mais pas pour le moment. Lors de sa séance hebdomadaire, le Gouvernement a communiqué mardi après-midi sa réponse sur l’implantation d’une aire d’accueil d’urgence des gens du voyage. Les maires de Courtedoux, Fontenais et Porrentruy avaient émis plusieurs remarques contre ce projet, notamment par rapport à l’aménagement du territoire et la protection de l’environnement et de la forêt. L’Exécutif jurassien a décidé de se laisser du temps pour analyser ces arguments. Mais le Cras de Mavalau, un terrain situé à la sortie Porrentruy-Ouest de l’A16, « fait toujours partie du jeu », selon le ministre des communes Michel Thentz.

 

Plus de place d’ici la semaine prochaine

En attendant, les gens du voyage n’auront plus d’aire d’accueil dès le 14 avril. Lundi prochain, des travaux vont commencer sur l’aire de Bassecourt, afin d’y aménager une zone de repos pour l’A16. Pour Michel Thentz, l’étude « va prendre un petit peu de temps ». Il va y avoir un certain flou. « On ne peut dès à présent que s’attendre à des occupations illicites dans la région », indique-t-il encore. Le Gouvernement jurassien n’a pas perdu espoir. Il va trouver la solution, selon Michel Thentz qui précise une nouvelle fois que c’est un dossier compliqué.

 

Des maires satisfaits

François Minger, le maire de Courtedoux, est « satisfait d’avoir été entendu par le Gouvernement, qui se soucie des problèmes de procédure ». Selon lui, le canton respecte ainsi la démarche qui s’applique à un privé, comme à une commune. Selon le maire de Fontenais, Yves Daucourt, c’est une bonne nouvelle que l’Exécutif jurassien ait repoussé l’échéance, « les communes auront ainsi du temps pour communiquer auprès de leur population ». Du côté de Porrentruy, le maire Pierre-Arnauld Fueg tient à saluer le fait que le Gouvernement étudie les arguments des trois localités et que l’ouverture de cette aire ne soit pas entrée en force. Enfin, il va rester « vigilant sur la suite de la procédure ».

 

Un manque d’ouverture

Le ministre Michel Thentz se dit en outre « choqué des réactions qu’il peut entendre au sein de la population par rapport aux gens du voyage ». Il est interpellé par ce « rejet épidermique ». Le maire de Courtedoux en est conscient. François Minger avoue qu’il n’est « pas fier de ce qui s’est passé ». Pour lui, c’est « clairement un manque d’ouverture vis-à-vis des gens du voyage ». Selon lui, le problème vient de la méconnaissance de cette population, « on n’a jamais eu d’occasion de rencontrer les gens du voyage ». Mais il rappelle que les habitants de la région ont aussi été déçus par la démarche du canton. « Etre mis devant le fait accompli a bloqué les discussions », selon l’élu de Courtedoux. /nqu + msc


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus