Condamnation contestée par un agriculteur ajoulot

Un agriculteur ajoulot s’est retrouvé devant le tribunal pénal de Porrentruy jeudi matin. Le ...
Condamnation contestée par un agriculteur ajoulot

rivière

Un agriculteur ajoulot s’est retrouvé devant le tribunal pénal de Porrentruy jeudi matin. Le prévenu conteste sa condamnation à 35 jours-amende avec sursis pendant deux ans. Il avait été reconnu coupable par la procureure d’infractions aux lois fédérales sur la protection de l’environnement et des eaux. Locataire d’une exploitation à Lugnez au moment des faits, cet agriculteur a - aux yeux de la justice - négligé l’utilisation d’hydrocarbures et l’entretien de son silo. Ce qui a eu pour conséquences que du jus de silo et des huiles minérales se sont déversés dans deux ruisseaux: Le Ruz et La Coeuvatte.

Le silo en cause

La pollution avait été détectée à l’automne 2011 par une société de pisciculture à l’occasion d’une pêche annuelle. Une fois l’Office de l’environnement jurassien averti, plusieurs agents se sont rendus sur place. En remontant les deux cours d’eau, les recherches ont mené directement à l’exploitation agricole louée par l’accusé depuis 2005 à Lugnez. Il s’avère que l’origine de la pollution provenait du silo, qui souffrait d’un problème d’étanchéité. Le jus du silo se répandant ainsi directement dans les eaux claires. Comme l’a relevé l’avocat du prévenu jeudi matin, ce dernier a tout de suite entrepris des mesures pour stopper la pollution et conteste totalement en être le responsable. D’où la conclusion faite par son avocat : l’imputation de la pollution ne revient pas à son client mais plutôt au propriétaire de l’exploitation, responsable de la conformité de ses installations.

Par ailleurs, des hydrocarbures ont été constatés dans ce silo. Des huiles minérales qui se sont aussi écoulées dans les deux cours d’eau. La présence de ces hydrocarbures reste un mystère, le prévenu contestant également les y avoir déversés. Dès lors, l’avocat se demande si une tierce personne n’aurait pas pu venir verser ces dizaines de litres dans la chambre de regard du silo.

L’avocat du prévenu a ainsi plaidé l’acquittement de son client. Il demande que les frais judiciaires soient pris en charge par l’Etat et réclame finalement une indemnité de 500 francs en faveur de l’agriculteur. Le jugement sera rendu en début de semaine prochaine. /afa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus