Fabien Crelier claque la porte

Le Service jurassien de l’enseignement doit se trouver un nouveau chef. Fabien Crelier a présenté ...
Fabien Crelier claque la porte

Fabien Crelier

Le Service jurassien de l’enseignement doit se trouver un nouveau chef. Fabien Crelier a présenté sa démission au Gouvernement pour le 31 juillet prochain. L’Exécutif l’annonce vendredi. L’Ajoulot n’aura ainsi passé qu’une année dans ses fonctions.

Fabien Crelier estime n’avoir pas disposé au moment de son engagement de toutes les informations sur les difficultés auxquelles était confronté le service. L’ambiance est effectivement tendue entre le Service jurassien de l’enseignement et les écoles. Elisabeth Baume-Schneider l’a reconnu vendredi après-midi à notre téléphone. La ministre jurassienne de la Formation précise que ce poste de chef du Service de l’enseignement est contraignant. Les demandes sont multiples et quotidiennes. « On exige des réponses rapides, alors qu’on n’en a pas toujours le loisir », indique Elisabeth Baume-Schneider. Elle ajoute qu’il ne faut pas s’imaginer pouvoir mener de grandes réflexions sur le domaine pédagogique en étant chef du Service de l’enseignement. La ministre jurassienne juge qu’il ne s’agit pas d’une erreur de casting. Elle regrette ce départ.

Et c’est justement là que le bât blesse. Fabien Crelier nous a confié s’être mis à disposition de l’école jurassienne pour des aspects stratégiques. Mais il dit devoir, au quotidien, colmater des brèches et faire face à la grogne des établissements. Il paraît désormais difficile, aux yeux d’Elisabeth Baume-Schneider, de trouver un successeur pour le 1er août. Fabien Crelier s’est ainsi mis à disposition du Service de l’enseignement pour assumer l’intérim à mi-temps jusqu’à l’entrée en fonction du nouveau chef. /msc


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus