Le Forum citoyens sur les routes

Débat sur le thème des gens du voyage. L’association bruntrutraine Forum citoyens a convié ...
Le Forum citoyens sur les routes

Yéniche

Débat sur le thème des gens du voyage. L’association bruntrutraine Forum citoyens a convié la population jeudi soir à une soirée sur cette thématique. Une quarantaine de personnes se sont rendues à l’Hôtel-Dieu à Porrentruy. Une dizaine d’invités sont intervenus dans le débat, notamment le Ministre des communes Michel Thentz, le vice-président de la communauté de communes du sud du Territoire de Belfort Jean-Jacques Duprez et des représentants de la communauté Yéniche. L’association s’est excusée de l’absence d’un porte-parole pour la communauté des gens du voyage étrangers. Elle a entrepris diverses démarches mais en vain.

Des débats parfois houleux

Les invités ont dû relever leur manche. Les questions ont d’abord porté sur la méconnaissance des communautés nomades. Amalgame entre gens du voyage suisses, gens du voyage étrangers, Yéniches, Roms, Manouches ou encore Sintis. Une personne dans le public a même affirmé, en rigolant, qu’elle était surprise que les deux Yéniches présents ne soient pas bronzés. La problématique des défections s’est aussi invitée dans la discussion. Le Ministre Michel Thentz pense que par cet acte les gens du voyage étrangers démontrent peut-être que l’aire d’accueil ne permet pas de vivre décemment. Il a fait référence notamment aux coups de klaxon fréquents aux abords de l’aire de Bassecourt, désormais fermée. Selon les autorités cantonales et un représentant de la police, si une place officielle est bien aménagée notamment avec des sanitaires, ce problème sera en grande partie résolu.

Le débat s’est ensuite tourné sur la nécessité de créer deux places d’accueil et de les attribuer : une pour la communauté suisse et une pour les étrangers. Selon certaines personnes, il s’agit d’une discrimination. Une manière de stigmatiser les communautés étrangères, celles qui ne posent pas problème et les autres. En France, aucune distinction n’est faite et ça ne semble pas poser de difficultés. Les Yéniches, eux, refusent de partager une aire d’accueil. Selon eux, c’est comme vivre dans le même appartement que des inconnus. Ils craignent de voir la place souillée par des tribus qui manquent de respect.

Un homme a mis en avant les fondements de la culture suisse : la diversité. Selon elle, la présence d’une communauté nomade suisse est une richesse pour le pays qu’il faut mettre en valeur.

A noter qu’une porte-ouverte de l’aire d’accueil du site de Mavalau près de Porrentruy devrait être organisée cet automne. La communauté Yéniche accueillera alors les curieux. /nqu


Actualisé le

 

Articles les plus lus