Près de 150'000 francs pour dépolluer une décharge sauvage

Dépollution d’un site dans les Franches-Montagnes. Depuis le début du mois de juillet, une ...
Près de 150'000 francs pour dépolluer une décharge sauvage

Le géologue Pierre Xavier Meury aux abords de la doline. Le géologue Pierre Xavier Meury aux abords de la doline.

Dépollution d’un site dans les Franches-Montagnes. Depuis le début du mois de juillet, une équipe dirigée par un géologue de l’Institut suisse de spéléologie et karstologie (ISSKA), basé à La Chaux-de-Fonds, assainit une doline à La Chaux-des-Breuleux. Le lieu, situé aux abords d’une tourbière, dissimulait une ancienne décharge sauvage qui contient des déchets dangereux pour les eaux souterraines. Métaux lourds polluants, vieilles batteries de voiture, mais aussi des pneus, des vélomoteurs, des bâches en plastique… Ce sont près de 500 mètres cube de détritus en tout genre qui vont être enlevés puis triés.

« La présence de ces déchets dans les dolines n’est pas anodine », explique le géologue Pierre Xavier Meury. Les dolines sont des sites karstiques liés avec les eaux souterraines : « L’eau coule directement sur les déchets et emporte avec elle des métaux lourds qui sont toxiques. »

 

Nombreux sites pollués

Budget des travaux d’assainissement, qui vont durer plus d’un mois : environ 150'000 francs. La Confédération et le Canton financent les travaux à hauteur de 40% chacun, le solde est versé par l’Association des maires des Franches-Montagnes. « Une bonne partie de cette somme sert à payer le transport et la prise en charge des déchets par les différentes décharges », explique Pierre Xavier Meury. Parmi les 500 mètres cubes de détritus, près de 200 sont de la terre souillée par des éléments polluants. Un des matériaux les plus onéreux à traiter : « La décharge bioactive de Boécourt facture 30'000 francs pour s’occuper de cette terre », précise le géologue.

La doline de La Chaux-des-Breuleux fait partie des six assainissements pris actuellement en charge par l’ISSKA dans les Franches-Montagnes, pour un budget total de 300'000 francs. Selon Pierre Xavier Meury, il reste encore une quarantaine de sites pollués à traiter en priorité dans les Franches-Montagnes. « Ça représente encore des milliers de mètres cubes de déchets à éliminer. » /amt


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus