L’Ajoie réagit pour défendre son hôpital

L’Hôpital du Jura à Porrentruy fait des remous. Le comité d’initiative pour la sécurité sanitaire ...
L’Ajoie réagit pour défendre son hôpital

Hôpital de Porrentruy Selon le comité d'initiative pour la sécurité sanitaire, le Gouvernement jurassien n'a pas tenu ses promesses concernant le dossier de l'Hôpital du Jura à Porrentruy.

L’Hôpital du Jura à Porrentruy fait des remous. Le comité d’initiative pour la sécurité sanitaire pose un regard dénonciateur sur l’évolution du dossier hospitalier jurassien. Son objectif est de défendre les intérêts de la population en matière de santé. Suite à des engagements pris en 2012 par le Gouvernement jurassien et disposant des assurances suffisantes, le comité avait tout d’abord retiré son initiative. Dans son communiqué de presse publié dimanche, le comité d’initiative a le sentiment que les promesses n’ont pas été tenues. Il dénonce avant tout l’éventualité d’une fermeture des urgences bruntrutaines la nuit.

Un hôpital « démantelé »

Après la fermeture du bloc opératoire de Porrentruy fin 2013, au tour des urgences d’être mises à mal. Les responsables avaient en effet présenté leur projet de fermeture du service la nuit en juillet. Pour compenser ce manque, d’autres mesures seront mises sur pied. Des collaborations avec d’autres hôpitaux dans le canton de Neuchâtel ou dans le Jura bernois ont notamment été annoncées. Les initiants dénoncent donc un démantèlement de l’Hôpital du Jura, sur le site de Porrentruy. Par ailleurs, une pétition a été lancée en juillet afin de maintenir le service des urgences la nuit. Plus de 4'000 signatures auraient déjà été récoltées.

À l’écoute des craintes des Ajoulots

Le conseiller national et membre du comité d’initiative Pierre-Alain Fridez reconnaît que le dossier a évolué et qu’un changement est à prévoir pour l’avenir. Cependant, les modifications sont « trop brutales ». Pour le comité d’initiative, l’Hôpital du Jura ne doit pas réfléchir seul. Il demande au Gouvernement de prendre en compte les craintes des Ajoulots pour trouver des solutions. Le comité dit vouloir mettre sur pied une entrevue avec le Gouvernement.

« Tout n’est pas coulé dans le bronze »

Il faut penser un hôpital du Jura au niveau global. Le ministre jurassien de la Santé conçoit que la population puisse se sentir bousculée. Contacté lundi, Michel Thentz a réagi au communiqué des initiants, « certes des engagements ont été pris mais la situation a évoluée. Il faut assurer la qualité des soins avant tout». Pour l’instant, d’ailleurs, le membre du Gouvernement rappelle qu'il s’agit d’une hypothèse et que les urgences de l’hôpital de Porrentruy sont toujours ouvertes. « Avant toute modification, il faudra légiférer et ce n’est pas encore le cas actuellement », a-t-il ajouté. /aro + lbr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus