Une sanction équitable

Château de Porrentruy

Une peine pour le remettre dans le droit chemin. Le jeune homme de 23 ans qui comparaît depuis mardi devant le Tribunal pénal de 1ère instance de Porrentruy écope de trois ans de prison avec sursis partiel. Il a été reconnu coupable mercredi matin de cinq brigandages, de vols et de lésions corporelles simples. Il avait notamment braqué plusieurs salons de massage en 2013.

Cette sanction doit servir les intérêts publics mais aussi les intérêts privés de l’accusé. Le juge, Pascal Chappuis, s’est donc prononcé en faveur d’un sursis partiel, ce qui signifie que le malfrat passera 18 mois en prison, sous déduction de 285 jours qu’il a déjà effectué.

Le magistrat a tenu à rappeler que les faits sont graves, que le mobile des vols était purement égoïste et que le jeune homme avait soigneusement choisi ses victimes, des femmes souvent seules qu’il apeurait avec des couteaux ou des armes.

Mais la peine prononcée tient compte également de plusieurs éléments à décharge de l’auteur. Elle considère les regrets en partie exprimés, la collaboration avec la justice mais aussi le rapport très favorable de l’Office de probation. Le jeune homme a en effet décroché un emploi à durée indéterminée. Avec ce verdict, la justice lui laisse donc une chance. La sanction veut freiner les obstacles à son avenir professionnel. Le juge a rappelé que "le travail réduit souvent la récidive". /jsr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus