Trois offices postaux fortement menacés

La Poste poursuit sa restructuration dans le canton du Jura. Après la fermeture de l’office ...
Trois offices postaux fortement menacés

Syndicom Le syndicat des médias et de la communication Syndicom a convoqué les médias mardi matin devant l'office de poste de Boécourt. Un des membres du syndicat était déguisé en Père Fouettard représentant La Poste.

La Poste poursuit sa restructuration dans le canton du Jura. Après la fermeture de l’office de poste de Pleigne au mois d’août, Syndicom a annoncé mardi matin aux médias la future fermeture des bureaux de trois autres communes jurassiennes. A savoir Boécourt, Epauvillers et Soulce. « Nous n’avons pas appris cette information de manière officielle, mais plutôt officieuse car La Poste se garde bien de ne pas communiquer ce genre d’annonce », explique le secrétaire général du syndicat pour les médias et la communication, Loïc Dobler. Les autorités de ces trois communes ont été contactées par La Poste, comme l’a confirmé le maire de Boécourt, Michel Tobler, présent lors de la conférence de presse mardi matin. « Des responsables du Géant jaune nous ont fait part de leur intention de fermer l’office postal du village en août dernier. Mais nous n’avons toujours pas reçu leur courrier, donc nous gardons encore espoir de conserver notre bureau », précise Michel Tobler. La commune de Boécourt ne compte pas se laisser faire. Michel Tobler a déclaré que si la fermeture devait être officialisée la commune ferait recours.

« Aucune décision n’a été prise »

Du côté de La Poste, on ne nie pas complètement, sans pour autant confirmer l’information de Syndicom. « Tout ce que je peux vous dire pour le moment, c’est que La Poste est en contact avec les autorités communales des trois localités mentionnées », déclare Nathalie Dérobert, porte-parole de La Poste. « Le thème de ces entretiens, qui pour rappel est confidentiel, est un examen de la desserte postale actuelle. Si des changements devaient résulter des entretiens, alors La Poste informera la population et les médias après concertation de la commune », ajoute Nathalie Dérobert.

Agence postale ou service à domicile ?

En cas de fermeture de ces offices postaux, deux options seront possibles pour les villages concernés. « Le bureau peut être remplacé par une agence postale dans un magasin, comme c’est le cas à Pleigne, ou par un service à domicile », explique Jean-Jacques Roth, président de la section de Syndicom Arc jurassien. « Mais peu importe la solution retenue, cela réduit considérablement les prestations offertes par rapport à un bureau postal », ajoute-t-il.

« Le Gouvernement doit se mouiller »

Syndicom revendique donc le maintien du réseau actuel d’offices postaux. Le syndicat des médias et de la communication demande également au Gouvernement jurassien de s’engager dans ce dossier. « Nous demandons tout d’abord à être reçu par l’Exécutif cantonal pour aborder ce sujet et nous souhaitons par ailleurs qu’il intervienne auprès de La Poste pour demander une suspension des réorganisations en cours », note Loïc Dobler. « Le Gouvernement ne peut pas se contenter d’être spectateur, il doit se mouiller dans ce dossier », précise le secrétaire central de Syndicom.

Syndicom sera présent devant le Parlement jurassien mercredi matin afin de sensibiliser les députés à la problématique. Par ailleurs, une interpellation à ce sujet de Loïc Dobler, également député au Législatif cantonal, sera traitée par les députés mercredi. /afa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus