Des porcs sur les hauteurs de Damvant

 Damvant

Une porcherie pourrait voir le jour à Damvant. La justice a rejeté le recours de voisins. La décision a été rendue publique vendredi matin. Un couple s’opposait à la transformation de la ferme pour élever 460 porcs. Le Tribunal de première instance a débouté les opposants en se fondant sur toutes les autorisations requises auprès des instances compétentes. Les opposants peuvent attaquer la décision dans les 30 jours auprès du Tribunal cantonal.

Une longue procédure qui prend fin

La procédure court depuis déjà deux ans et demi. L’agriculteur a déposé en mai 2012 son projet de transformation. Il souhaitait alors changer l’affectation du rural : passer d’une stabulation bovine à une porcherie pour 460 bêtes. La modification ne nécessitait pas de travaux mais le risque d’odeur liée à la production porcine a soulevé un tollé dans le village. Environ 80 personnes et la commune se sont opposées au projet. Différents services cantonaux, comme l’Office de l’Environnement et le Service de l’Economie rurale, ont, quant à eux, donné leur accord. Une séance de conciliation s’est tenue. L’exploitant a aussi dû promettre de prendre certaines mesures pour diminuer les nuisances olfactives. Le permis de construire a été délivré en décembre de l’année dernière. Un couple a poursuivi alors les démarches et a réclamé une étude d'impact sur l'environnement. Selon les voisins, leur maison allait perdre de la valeur. Dans sa décision publiée aujourd’hui, la juge administrative estime au final que cette étude n’est pas nécessaire. L’agriculteur, contacté ce matin, doit débuter sa production porcine au printemps. Il regrette le manque à gagner engendré par cette procédure. /nqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus