Une limite qui pose problème

Zone de protection des eaux La limite entre les zones S2 et S3 court le long de la ferme et se poursuit au niveau de la haie.

Dix ans de procédure. La Cour administrative s’est réunie jeudi matin pour régler les recours sur le plan de protection des eaux du Betteraz et du Pont d’Able. Les deux sources alimentent Porrentruy depuis le territoire d’Alle. Le règlement a été édicté par le Gouvernement en 2004. La commune d’Alle et un agriculteur s’opposent au changement de zone de certaines parcelles de zone S3 à S2.

La zone S2 signifie une zone de protection rapprochée. A Alle, le périmètre concerné est une vallée sèche. Les eaux de pluie s’infiltrent rapidement vers la station de captage de la source du Betteraz. S’il y a une pollution, il sera compliqué d’éviter qu’elle se répande dans l’eau potable bruntrutaine. Il faut donc protéger les lieux de manière plus spécifique. De nouveaux bâtiments sont interdits, comme par exemple une fosse à purin. La zone S3 est une zone de protection éloignée. S’il devait y avoir une pollution, les autorités auraient le temps de prendre des mesures pour éviter de contaminer l’eau.

Zone S2 ou S3?

En 2004, le Gouvernement a édicté un plan de protection des eaux, qui délimite les zones S2 et S3. Une dizaine d’oppositions ont été déposées. Il ne reste aujourd’hui que deux recourants : la commune d’Alle et un agriculteur. Le paysan a une loge qui se trouverait en zone S2 à quelques centimètres de la zone S3. Il ne pourrait pas développer le bâtiment. Selon lui, il aurait même des difficultés à se mettre aux normes avec la loi sur la protection des animaux. Il souhaite que la limite soit déplacée.

Pour ce qui est de la commune, la déchetterie est concernée. Sa présence ne pose pas de problème de protection des eaux. Mais les autorités communales craignent que ce changement de zone ne complique les démarches si le site devait être réaménagé. L’autre lieu, un talus d’environ 3'000 m2, est une des rares parcelles qui appartient à la commune et celle-ci envisage à l’avenir de l’échanger pour obtenir un terrain en zone à bâtir. Si la propriété communale devient une zone S2, elle perdra de la valeur.

La présidente de la Cour a tenté en vain lors de l’audience de trouver un accord entre les différentes parties. Si aucune convention n’est signée entre temps, le verdict sera rendu d’ici quelques mois, mais pas avant la fin de l’année. /nqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes