Les téléskis de la région menacés par le manque de neige ?

La neige fait cruellement défaut dans la région en ce jour de Noël. Si quelques flocons sont ...
Les téléskis de la région menacés par le manque de neige ?

La neige fait cruellement défaut dans la région en ce jour de Noël. Si quelques flocons sont tombés depuis le début de l’hiver, aucun téléski du Jura bernois et du Jura n’a encore été enclenché. Tous sont prêts à fonctionner, mais ils attendent le principal ingrédient nécessaire : la neige. Les téléskis de la région ne font pas de miracle : aucun n’est équipé de canon à neige ou n’envisage de le faire prochainement. Il faut donc attendre patiemment qu’il y ait assez d’or blanc pour ouvrir les installations.

A-t-on moins de neige ces dernières années, fait-il trop chaud ? Les responsables de téléskis de la région constatent qu’il y a des cycles, avec des bonnes et des mauvaises années. Les flocons arrivent peut-être plus tard qu’auparavant, ce qui décale la saison. Chose certaine : deux à trois hivers consécutifs sans neige mettraient en péril de nombreux téléskis.

 

Des situations contrastées

Certains ont moins de problèmes que d’autres : les Bugnenets-Savagnières et le téléski du Mont-Soleil estiment avoir un enneigement suffisant, en raison de leur situation géographique et de l’altitude. Les autres ont plus de problèmes. Celui de la Golatte, à Montoz, n’ouvrira pas cette année. Le téléski de Tramelan est lui au bord du dépôt de bilan après de mauvaises saisons, et va solliciter les autorités l’année prochaine.

Les investissements peuvent poser problème aux stations qui doivent renouveler une dameuse ou un câble de téléski. Les Prés d’Orvin devront y réfléchir à l’avenir, mais il n’y a pas d’urgence. Les autres téléskis n’ont pas de besoins immédiats, mais un hiver vert pourrait les mettre en difficulté s’il y avait de grosses sommes non prévues à dépenser.

Autre constat : certains peuvent mieux supporter financièrement le fait de ne pas ouvrir du tout une saison. C’est le cas des téléskis qui améliorent leur recette en louant leur buvette l’été – comme aux Breuleux ou aux Genevez - ou ceux qui ont une installation provisoire – comme le Chaluet ou le téléski du Mont-Soleil. Pas de crainte non plus pour les installations gérées par les communes, qui peuvent éponger les dettes, comme les Orvales à Malleray ou le téléski sous le Mont à Tavannes.

Certains ont trouvé des solutions souples : le téléski de Mont-Soleil est rangé l’été. Il est géré par le funiculaire de Saint-Imier et ne nécessite pas d’employés supplémentaires. Le téléski de Nods est lui propriété d’un entrepreneur, qui met à disposition ses employés. Les infrastructures, si elles ne sont pas utilisées pour le téléski, peuvent être affectées à d’autres tâches.

Des solutions existent donc pour faire face au manque de neige. Les stations de moyenne montagne ne sont pas condamnées, en tout cas pas pour l’instant. /jfa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus