Grégoire Saucy : « J’ai hâte que ça commence »

Le pilote automobile jurassien s’apprête à découvrir le Championnat du monde d’endurance. Au ...
Grégoire Saucy : « J’ai hâte que ça commence »

Le pilote automobile jurassien s’apprête à découvrir le Championnat du monde d’endurance. Au volant d’une McLaren, il dispute ce samedi au Qatar la 1re course de la saison

Après la F4 et la F3, Grégoire Saucy s'attaque à l'endurance. Après la F4 et la F3, Grégoire Saucy s'attaque à l'endurance.

Grégoire Saucy n’attend qu’une chose : appuyer à fond sur l’accélérateur. Le pilote jurassien est sur le point de parcourir ses premiers kilomètres dans le Championnat du monde d’endurance en catégorie LMGT3. Il a rejoint l’écurie britannique United Autosports en fin d’année dernière après six ans passés dans les antichambres de la Formule 1 (F4 puis F3). Au volant d’une McLaren, Grégoire Saucy dispute la 1re course de la saison samedi au Qatar avec 1'812 kilomètres à parcourir et répartis entre les trois pilotes de l’équipe. « Je me sens prêt et j’ai hâte que ça commence », lâche avec enthousiasme le Vadais qui a signé le meilleur temps de sa catégorie lors du prologue en début de semaine.

Grégoire Saucy : « J’ai pu bien m’adapter à la voiture »

Le Jurassien de 24 ans a apprécié la prise en main de son nouveau bolide même si l’adaptation n’est pas encore complète. « La voiture est bien plus lourde qu’une monoplace mais elle est très puissante avec 720 chevaux », indique Grégoire Saucy qui n’a pas eu vraiment besoin de changer son style de pilotage.

Un championnat attractif

En rejoignant le Championnat du monde d’endurance, l’habitant de Bassecourt ne craint pas de sortir des radars. « Cette compétition devient de plus en plus connue. Ce championnat est un très grand championnat », appuie-t-il. Le calendrier comporte huit étapes, dont les très célèbres 24h du Mans. « Ça reste la course de l’année mais il y a beaucoup de très beaux circuits sur toute la saison », souligne Grégoire Saucy qui se réjouit de découvrir par exemple le Brésil, le Japon ou encore les Etats-Unis.

Et les objectifs ? « Progresser. On est tous là pour être devant. Il faudra voir après la course au Qatar pour se donner des objectifs jusqu’à la fin de la saison », avance sagement le Jurassien. /nmy

A 24 ans, Grégoire Saucy découvre le Championnat du monde d'endurance, lui qui a appris à conduire à 3 ans dans ce karting construit spécialement par ses frères. A 24 ans, Grégoire Saucy découvre le Championnat du monde d'endurance, lui qui a appris à conduire à 3 ans dans ce karting construit spécialement par ses frères.


Actualités suivantes

Articles les plus lus