Intégrer les primes maladies au calcul de l’IPC, c’est non

Le Parlement jurassien a refusé ce mercredi par 30 voix contre 28 d’exercer son droit d’initiative ...
Intégrer les primes maladies au calcul de l’IPC, c’est non

Le Parlement jurassien a refusé ce mercredi par 30 voix contre 28 d’exercer son droit d’initiative cantonal pour indexer les primes maladies sur l’indice des prix à la consommation

L'indice des prix à la consommation n'a pas été bâti pour intégrer les primes maladie selon le Gouvernement jurassien. L'indice des prix à la consommation n'a pas été bâti pour intégrer les primes maladie selon le Gouvernement jurassien.

Le Parlement jurassien ne veut pas indexer les primes maladie au calcul de l'indice des prix à la consommation, le fameux IPC. Le député CS-POP Rémy Meury demandait au législatif de faire usage de son droit d'initiative cantonal auprès des chambres fédérales. La motion interne a finalement été refusée de justesse par 30 voix contre 28 et 1 abstention. L'augmentation constante des primes maladie fait baisser le pouvoir d'achat, il est donc nécessaire que leurs montants soient pris en compte dans le calcul de l'IPC selon Rémy Meury. Mais le Gouvernement, par la voix du ministre de l'économie Jacques Gerber, a jugé cela techniquement irréalisable. « On parle d’un indice des prix. Or, une assurance est un transfert de charge, comme l’impôt. Même en introduisant les primes maladie dans l’IPC, nous n’aurions donc pas cette information qui dit attention on est au-dessus de ce que les ménages peuvent assumer », a expliqué Jacques Gerber.

Jacques Gerber : « La Lamal n'est pas le prix d'un produit »

Pourtant la plupart ont adhéré à l'esprit de la motion qui entend mettre un frein à l'augmentation des coûts de la santé. Le résultat déçoit donc le motionnaire Rémy Meury. « Il a manqué deux voix, c’est malheureux. Il aurait été important de faire une nouvelle pression sur les autorités pour dire que cette non-maîtrise des coûts de la santé n’est plus acceptable. Intervenir sur l’IPC aurait fait bouger les milieux économiques qui ont souvent plus de poids que les milieux politiques », regrette Rémy Meury.

Rémy Meury : « On aurait pu faire pression »

Le Gouvernement a également rappelé l’existence l'IPAM, l’indice des primes d'assurance-maladie, qui calcule l'impact des primes maladie sur les dépenses des ménages. Mais cet indice a une influence politique bien moins importante que l'indice des prix à la consommation qui sert notamment de base aux négociations salariales. /jpi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus