En route vers la nouvelle traversée de Courroux 

Le projet de route de la traversée de Courroux a été présenté à la population de la commune ...
En route vers la nouvelle traversée de Courroux 

Le projet de route de la traversée de Courroux a été présenté à la population de la commune mixte lundi soir. Il sera déposé officiellement mercredi

La traversée de Courroux pose de sérieux problèmes de sécurité pour les piétons notamment. La traversée de Courroux pose de sérieux problèmes de sécurité pour les piétons notamment.

« 90% des voitures roulent trop vite à l’entrée de Courroux », martèle le maire de la commune Philippe Membrez. Diminuer la vitesse des véhicules qui traversent la localité est un des objectifs du projet de la traversée de la localité. Présenté lundi soir à la population après avoir obtenu un préavis favorable des services de l’Etat, il sera déposé officiellement mercredi.

Les autres buts du projet sont d’améliorer la sécurité des piétons et de diminuer les nuisances sonores. Pour se faire, une série de mesures est prévue.


Un abaissement de la vitesse à 30 km/h sur 500 mètres

La réduction de vitesse des véhicules à l’aide d’îlots et de deux ralentisseurs, un nouveau giratoire au centre du village, le réaménagement de la place centrale, l’adaptation des arrêts de bus sur la chaussée et l’abaissement de la vitesse à 30 km/h sur un tronçon de 500 mètres sont les modifications prévues. Le tronçon concerné se situe entre le pont de la Birse et l’école du Général-Guisan.

Durant la durée des travaux, la route traversant le village ne sera pas fermée, mais des parties seront fermés ponctuellement avec des déviations par Courrendlin et par l’intérieur de la commune.

Une fois les travaux effectués, il devrait rester bien plus rapide de passer par Courroux que par Courrendlin explique Philippe Membrez, maire de la localité : « Le projet de traversée n’a pas pour mission de détourner la circulation et d’inciter les automobilistes du Val Terbi à choisir un autre itinéraire contrairement à ce qu’il se dit ».


Des coûts estimés à 4,3 millions

Les coûts sont estimés à 4,3 millions dont 2 à la charge du Canton et 2,3 à la charge de la commune. « C’est encore une estimation, nous sommes en discussion », relate Yves-Alain Fleury, conseiller communal en charge du projet. Le Parlement, pour le canton, et l’Assemblée communale, voire la population, pour la commune, devront se prononcer sur ces coûts. /lme


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus