Année sinistrée, bilan comptable mitigé

L’ECA Jura a enregistré en 2018 pas moins de 1’430 sinistres dus au déchaînement des éléments ...
Année sinistrée, bilan comptable mitigé

L’ECA Jura a enregistré en 2018 pas moins de 1’430 sinistres dus au déchaînement des éléments naturels, l’un des plus hauts chiffres de ces vingt dernières années

Les inondations de juin 2018, ici à Courroux, font partie des caprices climatiques de l'an dernier. Les inondations de juin 2018, ici à Courroux, font partie des caprices climatiques de l'an dernier.

Les éléments naturels se sont déchaînés l’an dernier dans notre région. Et ça se voit très nettement dans les chiffres du rapport de gestion 2018 de l’ECA Jura. L’établissement cantonal d’assurance a enregistré pas moins de1'430 sinistres liés aux éléments de la nature. Le coût total s’élève à 4,3 millions de francs, pareille somme n’avait plus été déboursée depuis 2007 pour des catastrophes naturelles. C’est d’ailleurs le quatrième plus gros chiffre de ces 20 dernières années. Le record est toujours détenu par l’année 1999 qui a notamment vu sévir la tempête Lothar avec plus de 19 millions de francs d’indemnisation. Vient ensuite la grêle de 2005 (7,7 millions) puis les grandes inondations de 2007 (11,7 millions).

François-Xavier Boillat : « ça fait partie des grandes années à sinistres »

« On a eu des années clémentes au niveau des éléments de la nature entre 2013 et 2017. On a eu cette fois le retour de manivelle », commente le directeur de l’ECA Jura, François-Xavier Boillat. L’an dernier, la tempête Eleanor puis les différentes inondations de janvier et juin ont causé la grande majorité des dégâts. S’ajoutent à cela les statistiques des sinistres liés au feu, également supérieur à la moyenne de ces vingt dernières années. Parmi les incendies les plus importants, on se souvient de cet immeuble locatif à Delémont dont le feu dissimulait un meurtre, un autre immeuble à Courgenay ou encore la tribune du stade du FC Bassecourt partie en fumée.

François-Xavier Boillat : « sans les provisions, l'exercice aurait été déficitaire »

Évidemment, cette « sinistrose » ambiante pèse dans les comptes que le président de l’ECA Jura, Charles Juillard, qualifie de « mitigés ». Outre les aléas de la météo, les placements des capitaux ont connu une performance négative de 3,9%. Néanmoins, le bénéfice net atteint 3,8 millions de francs. Peut-on dès lors décemment parler de bilan mitigé ? « Oui, parce qu’il ne faut pas oublier que nous avons dû puiser huit millions de francs dans nos provisions accumulées ces dernières années », avance François-Xavier Boillat. Des provisions qui ont également permis d’octroyer cette année un rabais de prime pour le quarantième anniversaire de l’entrée en souveraineté. Si les aléas naturels se sont montrés cléments sur les premiers mois de l’année 2019, il n’en est pas de même pour les sinistres liés au feu. L’incendie du restaurant de Lajoux pèsera « plus de 2 millions de francs ». /jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus