L’H-JU renforce la sécurité des données avec une nouvelle technologie

L’Hôpital du Jura teste un premier pilote, appelé BioLocker. Ce scanner biométrique 3D s’appuie ...
L’H-JU renforce la sécurité des données avec une nouvelle technologie

L’Hôpital du Jura teste un premier pilote, appelé BioLocker. Ce scanner biométrique 3D s’appuie sur la reconnaissance des veines des doigts pour accéder aux données des patients

La taille du BioLocker va encore être réduite. La taille du BioLocker va encore être réduite.

L’Hôpital du Jura innove en matière de protection des données. Il teste depuis près d’un mois un premier pilote, appelé BioLocker. Ce scanner biométrique 3D s’appuie sur la reconnaissance des veines des doigts. Cette technologie novatrice a été développée par Global ID, une start-up de l'EPFL, en collaboration avec l’IDIAP Research Institute, la HES SO Valais et le Laboratoire de Sécurité et de Cryptologie (LASEC) de l’EPFL pour la protection de la sphère privée.

Cette mesure prise par l’H-JU s’inscrit dans le cadre d’E-Health, le projet de numérisation du système de santé suisse qui doit être mis en place d’ici 2020. La Confédération impose aux hôpitaux et autres institutions d’instaurer une solution d’authentification forte à double facteurs pour accéder aux données des patients. Il s’agit donc d’ajouter un niveau de sécurité supplémentaire à l’utilisation du nom d'utilisateur et du mot de passe.


Un cahier des charges strict

Le chef de service informatique de l’Hôpital du Jura, Gianni Imbriani, a choisi l’application BioLocker pour répondre à un cahier des charges strict. La sécurisation des données des patients est renforcée, puisque seuls ces derniers décident de ce qu’ils partagent avec le corps médical. Tout comme celle des accès aux postes de travail. En effet, seules les personnes habilitées peuvent avoir accès au matériel de l’hôpital et aux données, après accord des patients. Enfin, la reconnaissance de l’identité des membres du corps médical ou soignant peut se faire même lorsqu’ils portent des gants chirurgicaux.

La taille du scanner devrait être réduite d’ici quelques mois, pour permettre un usage mobile. A terme, l'Hôpital du Jura souhaiterait se munir d’un scanner biométrique 3D pour chacun de ses 1'000 postes de travail. /emu

Le chef du service informatique de l’H-JU Gianni Imbriani explique le fonctionnement du BioLocker


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus