Tous les crédits passent la rampe à Delémont

Le Conseil de ville se penchait lundi soir notamment sur trois objets liés au futur Théâtre ...
Tous les crédits passent la rampe à Delémont

Le Conseil de ville se penchait lundi soir notamment sur trois objets liés au futur Théâtre du Jura. La question de son illumination nocturne a suscité le débat

Le Conseil de ville de Delémont s'est penché lundi soir sur un ordre du jour de 22 points. Le Conseil de ville de Delémont s'est penché lundi soir sur un ordre du jour de 22 points.

 

Le législatif de la capitale jurassienne a accepté lundi soir trois crédits liés à la réalisation du complexe qui abritera le Théâtre du Jura. Le premier, validé sans discussion, se monte à 1'921'000 francs. Il doit servir au réaménagement de la rue de la Brasserie et à celui du Ticle, le canal qui s’écoule en parallèle. Le deuxième montant, de 860'000 francs à couvrir selon le principe de « prêts citoyens », correspond au projet des Services industriels d’installer une centrale de chauffage aux pellets sur le site. Le PDC, sceptique quant au rôle que les SID doivent jouer dans le domaine du chauffage aux pellets, s’est abstenu lors du vote, mais l’objet a été approuvé sans avis contraire.

 

 

Débat sur l’éclairage du site du théâtre

La troisième enveloppe, en revanche, a suscité davantage de discussions. Il s’agit d’un crédit-cadre des Services industriels de 600'000 francs pour l’illumination nocturne du théâtre et de l’espace public alentour. Le PLR Pierre Chételat a pointé du doigt les sommes déjà investies dans ce dossier. Selon lui, il ne doit en outre pas revenir à la ville de financer l’éclairage d’un bâtiment qui ne lui appartient pas. « Quand on construit un bâtiment, en général on inclut le chauffage et l’éclairage dans le prix ! Combien va-t-on encore nous demander ? », s’est interrogé l’élu en annonçant que son groupe refuserait le message. Didier Schaller est lui aussi monté à la tribune pour annoncer que le PDC ne souhaitait pas entrer en matière sur les frais d’éclairage d’un bâtiment qui n’est pas communal. Laurence Studer, pour l’UDC, a appuyé ses deux collègues : « On parle de climat, je ne vois pas la nécessité d’illuminer ça, et ce n’est pas à la commune de le faire », a-t-elle déclaré.

La conseillère communale en charge du dossier, Murielle Macchi-Berdat, a répondu que l’éclairage des espaces publics est obligatoire, et que le concept envisagé porte davantage sur les alentours du bâtiment que sur le théâtre lui-même. Elle a rappelé que les communes sont parfois chargées de l’illumination de bâtiments emblématiques : c’est le cas à Delémont du Musée jurassien d’art et d’histoire, mais aussi du château à Porrentruy, deux bâtiments cantonaux. L’entrée en matière a finalement été acceptée par 28 voix contre 10. Le crédit a passé la rampe par 28 voix contre 5.

 

 

Une nouvelle centrale photovoltaïque

Les élus ont également donné leur feu vert au crédit de 1'100'000 francs pour une centrale photovoltaïque sur le toit du centre d’exploitation des SID à la rue de la Jeunesse, ouvert aux « prêts citoyens ». Ils ont encore accepté un crédit d’étude de 190'000 francs pour assainir les réseaux souterrains et de surface aux alentours du projet « Posteimmobilier », ceci en lien avec « Delémont marée basse ». Le Conseil de ville a accepté tous les autres points à l’ordre du jour.

 

 

L’affaire Car Postal lors des questions orales

A l’ouverture de la séance, deux questions orales ont évoqué les derniers développements de l’affaire Car Postal. Le PLR Michel Friche a notamment demandé comment le service communal de la cohésion sociale, dirigé depuis peu par André Burri, visé par l’enquête, peut fonctionner sereinement dans ces conditions. L’UDC Laurence Studer s’interrogeait, elle, sur le calendrier de la nomination d’André Burri, et évoquait la confiance de la population « mise à mal ». La conseillère communale Esther Gelso leur a répondu que comme tous les nouveaux collaborateurs de la commune, André Burri est en période d’essai pour une durée de six mois, et qu’une évaluation sera réalisée dans cet intervalle. Elle a expliqué qu’il avait été nommé à ce poste en juillet, soit avant l’annonce de l’enquête, et insisté sur le fait qu’il bénéficie de la présomption d’innocence et que son casier judiciaire est vierge. « On le vit au quotidien comme vous. On suit l’affaire de près, on essaie de faire au mieux et de travailler sereinement. On regarde de quelle manière ça impacte notre fonctionnement, et on évaluera d’ici la fin de la période d’essai », a-t-elle indiqué.

André Burri, PDC, a en outre démissionné du Conseil de ville, de même que la socialiste Kathleen Gigon Jeanne Beuret de l’Alternative de Gauche et la suppléante socialiste Pierrette Nusbaumer. /lad

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus