Les coléoptères se plaisent dans la région

Un inventaire réalisé dans le Parc Chasseral entre 2016 et 2020 a dénombré 575 espèces différentes ...
Les coléoptères se plaisent dans la région

Un inventaire réalisé dans le Parc Chasseral entre 2016 et 2020 a dénombré 575 espèces différentes de coléoptères. Parmi elle, une espèce n’avait encore jamais été recensée en Suisse

Les vergers sont appréciés des coléoptères. (Image d'illustration). Les vergers sont appréciés des coléoptères. (Image d'illustration).

Le Parc Chasseral plaît aux coléoptères. Un vaste inventaire, réalisé par des spécialistes, a eu lieu entre 2016 et 2020 sur le territoire du parc régional en lien avec le maintien et la protection des arbres-habitats. L’année dernière, le recensement a été mené plus particulièrement dans les vergers. Des pièges ont notamment été installés dans les localités bernoises d'Orvin et de Prêles ainsi que dans le village neuchâtelois de Chézard Saint-Martin. Les résultats de cet inventaire sont impressionnants puisque 575 espèces ont été recensées. L'une d'entre elle,  nommée Anitys rubens, n'avait jamais été observée en Suisse.

Entretien avec Lucas Wolfer, collaborateur pour les projets Nature au Parc Chasseral

A noter qu’à la suite de ces résultats et compte tenu de cette grande diversité, plusieurs recommandations peuvent être émises indique le Parc Chasseral dans un communiqué :

  • Dans les vergers, les vieux fruitiers et les arbres morts sont à conserver le plus longtemps possible. Pour éviter d’empiéter sur une trop grande surface herbagère lors de l’effondrement de l’arbre ou de branches, les parties tombées peuvent être rassemblées au pied de l’arbre ou en tas dans un endroit de préférence ensoleillé.
  • En plus de conserver de vieux arbres, il est également important de veiller au rajeunissement des vergers afin d’assurer leur pérennité. /sbo


 

Actualités suivantes