Des défis de qualité et d’inflation à la HEP-BEJUNE

La Haute Ecole pédagogique BEJUNE se retrouve face à plusieurs difficultés à résoudre dont ...
Des défis de qualité et d’inflation à la HEP-BEJUNE

La Haute Ecole pédagogique BEJUNE se retrouve face à plusieurs difficultés à résoudre dont celle d'assurer la qualité de la formation et celle de la gestion des coûts liés à l'inflation

Maxime Zuber, recteur de la HEP-BEJUNE, évoque les défis de l'institution. Maxime Zuber, recteur de la HEP-BEJUNE, évoque les défis de l'institution.

La HEP-BEJUNE veut continuer à former des enseignants tout en garantissant la qualité. C’est le nouveau défi auquel la Haute Ecole pédagogique commune aux cantons du Jura et de Neuchâtel ainsi qu’à la Berne francophone doit répondre. La HEP-BEJUNE doit faire face à des velléités fédérales qui visent à baisser les conditions d’accès pour répondre aux problèmes de pénurie d’enseignants dans plusieurs cantons, principalement en Suisse alémanique. Les Chambres fédérales se sont emparées du sujet et discutent actuellement de textes qui pourraient réduire les critères d’admission dans les HEP. Une maturité professionnelle et non plus gymnasiale pourrait ainsi suffire pour accéder à une Haute Ecole pédagogique. Pour le recteur de la HEP BEJUNE, il s’agirait d’une « fausse bonne idée ». Maxime Zuber relève également que de tels projets « mettraient en péril la qualité de la formation et remettraient en cause le système éducatif suisse ». Il plaide aussi pour une amélioration de la manière dont le métier d’enseignant est présenté afin de maintenir l’attractivité de la profession pour les jeunes. 

Maxime Zuber : « Il y a eu un changement de paradigme ces derniers mois pour passer de la qualité à la quantité »

La HEP-BEJUNE se retrouve confrontée à une autre problématique, celle de l’inflation. L’augmentation des prix engendre un renchérissement des salaires, alors que l’enveloppe financière quadriennale attribuée à l’institution ne prévoyait pas un tel cas de figure. La HEP-BEJUNE doit ainsi composer avec des charges supplémentaires pour la même dotation. Maxime Zuber indique que « des efforts d’économies dans le fonctionnement » sont mis en place. « L’étape suivante serait de revoir certains aspects du contrat de prestations et celle d’après serait une augmentation de l’enveloppe mais nous n’en sommes pas là », précise le recteur de la HEP-BEJUNE.

Maxime Zuber : « Cela devient la quadrature du cercle pour absorber le choc de l’inflation avec une enveloppe qui reste la même »

La HEP-BEJUNE compte également continuer à miser sur le développement durable dans les prochaines années et favoriser l’égalité ainsi que la diversité. L’institution a, par ailleurs, publié récemment son rapport bisannuel 2020 – 2022. La période a été marqué notamment par la crise du coronavirus ou encore par l’entrée en vigueur d’un nouveau concordat. Le document peut être consulté sur le site Internet de la HEP-BEJUNE. /comm-fco


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus