JO : plus de dramaturgie, plus de surprises en hippisme

Le format olympique du saut d’obstacles pourrait donner lieu à des surprises. Le Jurassien ...
JO : plus de dramaturgie, plus de surprises en hippisme

Le format olympique du saut d’obstacles pourrait donner lieu à des surprises. Le Jurassien Steve Guerdat, le Neuchâtelois Bryan Balsiger et le Zurichois Martin Fuchs représenteront la Suisse au concours par équipes

Steve Guerdat devra faire un sans faute s'il souhaite se parer d'or aux JO de Tokyo. (photo : KEYSTONE/Gian Ehrenzeller). Steve Guerdat devra faire un sans faute s'il souhaite se parer d'or aux JO de Tokyo. (photo : KEYSTONE/Gian Ehrenzeller).

Les épreuves de saut d'obstacles des JO de Tokyo s'annoncent particulièrement ouvertes. Les nouveaux formats adoptés, qui ne font de loin pas l'unanimité, pourraient provoquer de grosses surprises. Contrairement à ce qui se fait aux Jeux équestres mondiaux, aux Européens ou même en finale de la Coupe du monde, les cavaliers repartent chaque jour de zéro aux Jeux olympiques. Habitués à disputer cinq manches qui comptent dans les grands championnats, ils n'ont quasiment pas le droit à l'erreur aux JO.

Les 30 premiers des qualifications de l'épreuve individuelle, prévues mardi soir (dès 12h en Suisse), entameront ainsi la finale de mercredi avec 0 point à leur compteur. Idem pour les 10 nations qui disputeront samedi la finale du Prix des nations, avec là une autre nouveauté : aucun résultat ne sera biffé.


Viser le sans faute, de toute manière

« Tout le monde connaît mon opinion à ce sujet. Mais ce n'est certainement pas le bon moment pour en discuter », explique le champion olympique 2012 Steve Guerdat. « Peu importe le format, tu dois de toute manière réussir un sans faute », conclut le Jurassien, qui montera Venard de Cerisy à l'occasion de ses cinquièmes Jeux.

Même son de cloche pour le champion d'Europe 2019 Martin Fuchs qui aura pour monture Clooney 51. « Le format n'a aucune influence sur la tactique que je vais adopter. Je vise toujours le sans faute », explique le Zurichois, qui ne va pas chercher à assurer lors des qualifications : « Quand tu commets une faute, la deuxième arrive généralement très vite ».


Un sans faute peut suffire

Martin Fuchs et Steve Guerdat, 2e et 3e des Jeux équestres mondiaux de 2018, pointent respectivement aux 2e et 3e rangs du classement mondial derrière l'Allemand Daniel Deusser. Les deux amis font forcément partie des grands favoris en individuel. Mais un format en cinq manches aurait certainement favorisé leurs desseins.

Le CIO, la Fédération équestre internationale (FEI) et les diffuseurs télévisuels ne sont évidemment pas contre un format qui offre plus de dramaturgie et favorise les surprises. Il s'agit désormais d'être « simplement » en forme le jour J. Mercredi, en théorie, un outsider pourra se parer d'or avec un unique sans faute.


Un Jurassien, un Neuchâtelois et un Zurichois

Le concours par équipes, dont les qualifications sont prévues vendredi et la finale samedi, s'annonce même encore plus redoutable pour les nerfs. Seuls trois cavaliers par pays seront en effet engagés, l'objectif étant de permettre à plus de nations de s'aligner. La délégation helvétique sera représentée par le Jurassien Steve Guerdat, le Neuchâtelois Bryan Balsiger sur Twentytwo des Biches et le Zurichois Martin Fuchs. /ATS-nmy


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus