Le débat s'enflamme autour de l'Espace communal Les Bois

Le projet de la salle polyvalente est débattu. Le peuple se prononce le 21 mai
Le débat s'enflamme autour de l'Espace communal Les Bois

Le projet de la salle polyvalente est débattu. Le peuple se prononce le 21 mai

L'Espace communal Les Bois comme il devrait être si le peuple dit oui le 21 mai. L'Espace communal Les Bois comme il devrait être si le peuple dit oui le 21 mai.

« On vous l’avait dit ! » c’est le nom en forme d’avertissement pris par le groupe d’opposants à l’Espace communal Les Bois.

Depuis quelques jours on assiste à une passe d’arme sur Facebook et par courriels interposés entre l’animateur du groupe, Denis Chappatte, un habitant du village et le délégué aux affaires communales, Raphaël Schneider. En cause, les arguments avancés par les opposants quant au coût final du projet et sur son amortissement qui implique le canton.

 

Un projet de longue date

Ce projet d’Espace communal traîne depuis des années aux Bois. Une première mouture avait même dû être abandonnée en cours de réalisation en 2015. Après un coup de balai, les autorités communales ont planché sur un nouveau projet. Celui-ci prévoit dorénavant une salle polyvalente entre salle de gymnastique et salle de spectacle. Deux salles de classe y seront également aménagées.

Ce bâtiment est devisé à un peu plus de 7 millions de francs. A cela s'ajoutent les coûts du premier projet déjà dépensé ce qui donne un total de près de 10 millions de francs.

C’est en premier lieu ce chiffre que le groupe d’opposants « On vous l’avait dit » remet en cause. Denis Chapatte estime, lui, qu’il coûtera 13 millions. Un chiffre atteint en ajoutant des dépenses imprévues et des constructions pas directement en lien avec le projet initial, comme un local de pompier.

 

L'amortissement en question

Quant à l’amortissement, l’opposant prétend que le canton impose un remboursement de la dette sur 20 ans ce qui impliquerait une charge bien plus lourde que les 50 ans annoncés par la commune.

Un propos qui fait réagir le délégué aux affaires communales Raphaël Schneider. Pour lui, ce propos est tout simplement mensonger, puisque c’est bien sur 50 ans, selon lui, que l’amortissement devra être fait. Il se défend également de sortir de son droit de réserve en précisant qu’il ne fait que répondre à un chiffre mettant en cause le canton sans se prononcer sur le projet en tant que tel.

Alors qui a raison ou qui a tort, à chacun de se faire son avis. Au final, c’est bien sur un crédit de plus de 6 millions et demi de francs que devra se prononcer la population le 21 mai. C’est ce qu’il reste à payer, ou non, pour la construction. /rgi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus