Le Gouvernement bernois n’est pas en mesure de se prononcer sur des rumeurs

Le Conseil-exécutif a répondu à une intervention parlementaire déposée par Irma Hirschi. L’élue ...
Le Gouvernement bernois n’est pas en mesure de se prononcer sur des rumeurs

Le Conseil-exécutif a répondu à une intervention parlementaire déposée par Irma Hirschi. L’élue autonomiste au Grand Conseil s’interrogeait sur un possible conflit d’intérêts concernant le conseiller d’état Pierre Alain Schnegg et le président de l’HJB Anthony Picard

Pierre Alain Schnegg (à gauche) et Anthony Picard ont fait connaissance en juillet 2016 selon le gouvernement bernois. Pierre Alain Schnegg (à gauche) et Anthony Picard ont fait connaissance en juillet 2016 selon le gouvernement bernois.

Le Conseil-exécutif  n’arrive pas à se prononcer sur des rumeurs. La députée PSA au Grand conseil, Irma Hirschi avait déposé une intervention parlementaire en juin dernier pour dénoncer un éventuel conflit d’intérêts.

Elle demandait au Conseil-exécutif d’infirmer une rumeur selon laquelle le président de l'imprimerie Juillerat et Chervet, Anthony Picard aurait offert une annonce électorale parue dans la presse régionale en mars 2016 à Pierre Alain Schnegg, alors candidat au gouvernement. Un geste qui aurait valu quelques mois plus tard à l’imprimeur sa nomination à la présidence de l’Hôpital du Jura bernois.

Le gouvernement bernois et la direction de la santé publique, actuellement dirigée par le conseiller d’État Pierre Alain Schnegg, ne connaissent pas de personne ayant publié des annonces anonymes dans les journaux. Ils ne sont ainsi pas en mesure de se prononcer au sujet de ces rumeurs. L’exécutif apporte toutefois une précision. D’après lui, l’élu UDC de Champoz et le président du conseil d’administration de l’hôpital du Jura bernois Anthony Piccard n’ont eu aucun contact personnel, ni avant, ni pendant l’élection complémentaire au Conseil-exécutif. Les deux hommes se sont rencontrés pour la première fois et on fait une connaissance le 7 juillet 2016 lors d’une visite d’entreprise. Anthony Picard était alors président de l’imprimerie Juillerat et Chervet. Ce jour-là il avait accueilli le Conseil fédéral et le directeur de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne, Pierre Alain Schnegg.

Quant au soutien financier direct ou indirect à des hommes ou des partis politiques, à titre privé ou professionnel, Anthony Picard a confirmé dans un courriel du 30 mai 2017 n’avoir jamais versé d’argent ou acheté des moyens de propagande. /anl


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus