2017: année des records pour la BCJ

La Banque cantonale du Jura a vécu une année 2017 en deux parties : la première très frileuse ...
2017: année des records pour la BCJ

La Banque cantonale du Jura a vécu une année 2017 en deux parties : la première très frileuse, la seconde largement positive. Avec à la clé un bénéfice net record à hauteur de 9,6 millions de francs

Banque cantonale du Jura à Delémont Le siège de la Banque cantonale du Jura à Delémont sur la place de la Gare.

« Contre toutes attentes, 2017 a été une bonne année ». C’est avec ces mots que la présidente du Conseil d’administration (CA) de la Banque cantonale du Jura a accueilli les journalistes mardi matin au siège de la banque à Delémont. « L’année s’est déroulée en deux parties. La première très frileuse, la seconde largement positive », précise Christina Pamberg. Avec au final un résultat record. La BCJ a enregistré un bénéfice net de 9,6 millions de francs, en hausse de 8,9 % sur un an. De la même manière, le total du bilan a franchi pour la première fois de l’histoire de la banque la barre des 3 milliards de francs. « Ce résultat s’explique par l’augmentation de nos prêts en général de plus de 132 millions, dont 111,7 millions de créances hypothécaires. La hausse des prêts est due à la bonne conjoncture économique et à la confiance dont nous font part nos clients », indique le directeur de la BCJ Bertrand Valley. Compte tenu du résultat 2017, le Conseil d’administration va proposer à l’Assemblée générale du 26 avril 2018 une augmentation du dividende de 150'000 francs à 5,55 millions de francs. « Il s’agit du montant le plus élevé jamais distribué par la BCJ », précise Bertrand Valley.

 

Prévisions « conservatrices » pour 2018

« Contrairement au climat économique qui est au beau fixe, l’environnement bancaire reste préoccupant », déclare la présidente du CA. Pour l’année en cours, les dirigeants de la BCJ restent ainsi prudents. Ils tablent sur des résultats en légère baisse par rapport au bénéfice record de 2017. « Ces perspectives sont modestes car nous devons faire face à une importante augmentation des coûts informatiques liés à la digitalisation et à la pression sur les marges d’intérêts accentuées par la persistance des taux d’intérêts négatifs qui pèseront sur l’exercice 2018 », explique Christina Pamberg. « Et vaut mieux être un peu conservateurs dans nos perspectives que trop optimistes », ajoute Christina Pamberg.

 

À Moutier en 2019

Parmi les défis à relever en 2018 pour la Banque cantonale du Jura, il y a tout le travail en amont dans le but d’implanter une succursale de la BCJ à Moutier en 2019. « Nous n’avons pas souhaité attendre 2021. Nous avons des discussions avec les autorités de Moutier. Je crois qu’il y a une attente de la population prévôtoise de voir arriver la BCJ, comme les différentes institutions. Il n’y a pas de raisons de décevoir cette attente et d’attendre le transfert de Moutier dans le canton du Jura pour s’y installer », détaille le directeur Bertrand Valley. /comm+afa

Entretien avec Christina Pamberg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus