Une bande d'herbe pour préserver la biodiversité

Laisser des bandes d'herbe non-fauchées permet à la faune et la flore de s'épanouir. La grande ...
Une bande d'herbe pour préserver la biodiversité

Laisser des bandes d'herbe non-fauchées permet à la faune et la flore de s'épanouir. La grande majorité des agriculteurs de la région ont opté pour cette méthode de fauche écologique

Anatole Gerber du Parc Chasseral et Jacob Fritz, agriculteur au Cerneux-Veusil, défendent l'importance des bandes herbeuses pour la biodiversité Anatole Gerber du Parc Chasseral et Jacob Fritz, agriculteur au Cerneux-Veusil, défendent l'importance des bandes herbeuses pour la biodiversité

Des bandes de hautes herbes qui dansent à côté d’un champs fraichement fauché. Ce n’est pas un oubli de l’agriculteur mais au contraire une volonté de sa part de préserver la biodiversité. Depuis 15 ans, la Confédération encourage une méthode de fauche écologique qui consiste à garder des zones vertes non coupées pour permettre aux insectes de s’y refugier et aux fleurs de se multiplier.

Dans la région, environ 400 agriculteurs ont opté pour ce mode de culture qui favorise la vie dans nos prairies. En compensation, ils reçoivent des dédommagements de la part de la Confédération. Le Parc Chasseral, de son côté, soutient activement le concept et réalise un travail de communication pour informer la population de l’importance de ces bandes herbeuses.  

 

Entretien avec Jacob Fritz et Anatole Gerber 

Le Parc Chasseral rappelle, d’ailleurs, aux promeneurs de ne pas piétiner les hautes herbes et aux propriétaires de chiens de ne pas laisser leurs animaux y faire leurs besoins afin de ne pas perturber l'écosystème. /nme 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus