Une réception dans un contexte questionnant

La traditionnelle réception du canton du Jura à Baselworld s'est tenue lundi soir en présence ...
Une réception dans un contexte questionnant

La traditionnelle réception du canton du Jura à Baselworld s'est tenue lundi soir en présence de nombreux entrepreneurs, en marge d'un salon horloger qui semble clairement à un tournant

Le directeur de Baselworld Michel Loris-Melikoff entouré par le porte-parole du Gouvernement jurassien Jacques Chapatte (à gauche) et le ministre jurassien de l'économie Jacques Gerber. Le directeur de Baselworld Michel Loris-Melikoff entouré par le porte-parole du Gouvernement jurassien Jacques Chapatte (à gauche) et le ministre jurassien de l'économie Jacques Gerber.

« Je n'ai rarement vu aussi peu de monde », « d'habitude on peine à voir tous nos contacts avant la réception du canton, cette année on a même eu le temps de boire un verre », ou encore « le modèle salon semble en bout de course ». Voici quelques unes des phrases partagées lundi à Bâle par plusieurs entrepreneurs de la région, en marge de la réception officielle que le canton du Jura met traditionnellement sur pied durant Baselworld. L'édition 2019 du salon mondial de l'horlogerie et de la bijouterie ne ressemble clairement pas aux autres. « Il y a moins de visiteurs, mais les exposants rencontrés sont plutôt positifs », a tenu à nuancer le ministre de l'Economie Jacques Gerber à l'heure de la partie officielle, avant de souligner que « des choses doivent être modifiées ». Propos corroboré par le directeur du salon Michel Loris-Melikoff, présent à la réception et qui dévoilera ce mardi les contours de l'édition 2020: « Baselworld s'adressera à une communauté beaucoup plus large » promet-il. Cela pourrait se traduire par le retour des branches annexes, ce qui réjouirait le Jura.


Le « MERCI » de Jean-Claude Biver

Avant l'apéritif, les entrepreneurs jurassiens ont bu les propos de Jean-Claude Biver, invité par le partenaire de la soirée ! Celui qui était patron du groupe LVMH (Tag Heuer, Hublot, Zenith) jusqu'à l'automne dernier a tenu à remercier la main d'œuvre jurassienne qu'il juge « essentielle » au monde horloger ! Il a ensuite insisté sur le courage d'entreprendre: « Le succès n'est que la conclusion d'une série d'échecs », a déclaré Biver qui a invité les entrepreneurs à aller à contre-courant. « Jamais un projet n'a été manqué lorsqu'il était premier, différent, unique. » /clo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus