Hôpital de Moutier : message clair du directoire

Le directeur et le président de l’Hôpital du Jura bernois en sont convaincus : il faut mêler ...
Hôpital de Moutier : message clair du directoire

Le directeur et le président de l’Hôpital du Jura bernois en sont convaincus : il faut mêler soins somatiques et santé mentale sur le site de Moutier

Dominique Sartori, directeur de HJB SA, et Anthony Picard, président, ont présenté leurs arguments à la presse lundi matin. Dominique Sartori, directeur de HJB SA, et Anthony Picard, président, ont présenté leurs arguments à la presse lundi matin.

Convaincre la population et les politiques que la solution proposée est la meilleure pour l’hôpital de Moutier : c’était l’un des buts de la conférence de presse organisée ce matin par le directeur et le président de l’Hôpital du Jura bernois. Dominique Sartori et Anthony Picard ont convié les médias pour faire le point sur les réflexions en cours concernant l’avenir du site. Il s’agissait en fait de présenter publiquement ce qui avait été dit la semaine dernière à un parterre de politiciens du Jura bernois et relayé sur nos différents canaux.

La présentation faite par le directoire avait le mérite de la clarté. La présentation faite par le directoire avait le mérite de la clarté.

L’analyse d’Alexandre Steiner

Sur le fond, il n’y a pas grand-chose de neuf par rapport aux éléments qui ont fuité après la séance en petit comité de lundi dernier. Dominique Sartori et Anthony Picard veulent faire passer un message clair : l’Hôpital de Moutier ne peut survivre que s’il devient un établissement intégrant soins somatiques et santé mentale, et ce de manière intercantonale.

La rhétorique se veut avant tout optimiste : Dominique Sartori refuse de parler de perte de prestations, comme les urgences de nuit. Il préfère se concentrer sur l’évolution des soins et le développement de compétences spécialisées. Anthony Picard, lui, précise que l’hôpital ne peut plus se disperser pour plaire à tout le monde, et regrette les critiques tournées vers le passé plutôt que l’avenir.

Tous deux se retrouvent pour affirmer que ce projet est le seul qui permette de se différencier de la concurrence jugée « mortelle » que représentent Bienne et surtout Delémont, à seulement douze minutes. Il permet de garantir la pérennité de l’Hôpital de Moutier pour les 20 ans à venir, indépendamment des mouvements territoriaux que pourrait connaître la ville.

Reste à savoir si cette communication positive suffira à convaincre la population, les élus et mouvements opposés à cette transformation, et surtout Pierre Alain Schnegg. Le directeur de la Santé publique bernoise n’a pas encore exprimé son avis, contrairement au Gouvernement jurassien et à l’Hôpital du Jura qui soutiennent l’idée. Sa prise de position est attendue avant la fin du mois. /ast


Questions au directoire

Dominique Sartori : la santé mentale à Moutier, un cadeau au Jura ?

Dominique Sartori : avec un déficit de 3 à 5 millions, l'HJB a-t-il les moyens de ses ambitions?

Dominique Sartori : quel avenir pour l'hôpital de St-Imier ?

Anthony Picard : quel partage entre Berne et le Jura ?


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus