L’UDC Jura lance Romain Schaer dans la course au Gouvernement

Le député-maire de la Baroche représentera le parti agrarien lors de l’élection partielle du ...
L’UDC Jura lance Romain Schaer dans la course au Gouvernement

Le député-maire de la Baroche représentera le parti agrarien lors de l’élection partielle du 9 février prochain. L’Ajoulot est le troisième candidat officiel après la PS Rosalie Beuret Siess et la PDC Anne Seydoux-Christe

Romain Schaer Romain Schaer représentera l'UDC Jura lors de l'élection partielle au Gouvernement, au programme le 9 février prochain.

L’UDC Jura se lance bel et bien dans la bataille pour décrocher un siège au Gouvernement jurassien. Réuni en assemblée mercredi soir à Courrendlin, le parti agrarien a décidé de présenter la candidature de Romain Schaer. Le député-maire de La Baroche, dirigeant d’entreprise de 50 ans, est ainsi partie prenante de l’élection partielle du 9 février prochain au même titre que la socialiste de Porrentruy Rosalie Beuret Siess et la démocrate-chrétienne de Delémont Anne Seydoux-Christe.

Romain Schaer a été porté candidat au terme d’un débat très engagé. L’UDC cantonale s’est longtemps interrogée sur l’opportunité de présenter quelqu’un ou non au regard de sa force de frappe. Au final, elle a décidé de participer au scrutin par 23 voix contre 18 et 3 abstentions, sur 47 membres présents. L’ancien président de l’UDC Jura (2007-2018) a ensuite été plébiscité avec 38 voix.

 

Le pour et le contre

Pour la majorité des membres, le parti devait se mettre en ordre de marche face à deux candidates jugées à gauche. Pour eux, l’UDC représente par ailleurs la seule alternative à droite dans ce scrutin, et la candidature offrira une visibilité en vue des élections cantonales d’octobre 2020. « Notre plus grand risque, c’est de ne pas en prendre », a lâché l’un d’eux.

La minorité a en revanche milité pour que les agrariens ne se présentent pas. « L’UDC sera seule. Elle représente 15% dans le canton. Pour le Gouvernement, il faut être à 20% ou plus. Quel intérêt d’y aller ? L’exécutif a par ailleurs aujourd’hui des décisions pas sympathiques à prendre. Laissons-le faire et attendons l’automne 2020 », s’est notamment exprimé l’ancien député Jean-Pierre Mischler. Président de l’UDC Jura, Thomas Stettler avait préalablement déclaré ne s’attendre à aucun soutien de quel parti que ce soit. « Du concret, on en n’aura jamais ». Les agrariens se sont aussi penchés sur les coûts de l’opération. « Il faut compter 9'000 francs au minimum, alors que nous avons 18'000 francs en caisse et que les élections d’octobre 2020 nous coûteront 30'000 francs », a averti le secrétaire général Didier Spies.

Romain Schaer, qui s’était mis à disposition du parti, a donc finalement obtenu le soutien nécessaire pour se lancer. Arrivé à l’assemblée après le vote de membres, il a pris la parole : « Candidature suicidaire ou pas ? On verra le 9 février. Mon souci est de faire au minimum un bon résultat. Le combat ne sera pas facile. Je vais représenter la droite, l’économie, l’agriculture et le peuple. J’affectionne particulièrement les finances et l’économie. Ma candidature donne la possibilité à la droite de choisir ».

Entretien avec Romain Schaer

Resté en retrait lors des débats, le président de l’UDC Jura Thomas Stettler analyse le choix des membres :

Thomas Stettler : « Pour le vote ajoulot, Romain Schaer est une option »

Raoul Jaeggi pas candidat

La candidature de Romain Schaer a une incidence directe sur la position des indépendants. Fortement pressenti pour se lancer, le député Raoul Jaeggi a décidé de jeter l’éponge. Le citoyen de Haute-Sorne est en train de créer une nouvelle formation politique avec un groupe de personnes. Il avait déclaré sur RFJ qu’il était « fort probable » que ladite formation présente un candidat pour cette partielle du 9 février.

 

Brigitte Favre présidente du Parlement en 2022 ?

A noter enfin que l’UDC Jura va proposer la candidature de la députée Brigitte Favre au poste de 2e vice-présidente du Bureau du Parlement jurassien. Si elle accède à cette fonction, la Franc-Montagnarde pourrait présider le législatif cantonal en 2022. L’élection aura lieu le 20 décembre. /rch


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus