Romain Schaer sera au deuxième tour

L'UDC a décidé mercredi de rester dans la course à l'élection partielle au Gouvernement jurassien ...
Romain Schaer sera au deuxième tour

L'UDC a décidé mercredi de rester dans la course à l'élection partielle au Gouvernement jurassien

Le candidat Romain Schaer et le président de l'UDC Jura Thomas Stettler, ce mercredi, lors du point presse organisé par le parti agrarien. Le candidat Romain Schaer et le président de l'UDC Jura Thomas Stettler, ce mercredi, lors du point presse organisé par le parti agrarien.

Il y aura bien match à trois le 1er mars au deuxième tour de l’élection partielle au Gouvernement jurassien. L’UDC Romain Schaer a annoncé mercredi matin lors d’un point presse qu’il se maintenait dans la course après avoir récolté 20,6% des voix au premier tour. L’agrarien estime que le score obtenu dimanche dernier donne la légitimité à son parti pour rester en lice. « Nos électeurs ont le droit de voir leur sensibilité représentée », a-t-il déclaré.

Le député-maire de La Baroche a toutefois dit qu’il n’avait jamais autant hésité de sa vie. L’UDC affirme avoir subi de fortes pressions du PDC, qui a rejeté lundi une offre de retrait du candidat contre la création d’une liste commune pour les prochaines élections cantonales cet automne. « Le mépris affiché par le PDC m’a encouragé à me maintenir. Les dirigeants de ce parti n’ont pas l’intelligence de faire preuve de pragmatisme. J’ai choisi de faire front », dit Romain Schaer. Et d’ajouter toutefois que « ma candidature ne vise pas à décapiter le PDC, mais à défendre le programme et les valeurs de l’UDC ».


Thomas Stettler : « Le PDC n’est plus un partenaire fiable »

Président du parti agrarien, Thomas Stettler tire à boulets rouges sur les démocrates-chrétiens. « Le PDC est un enfant gâté qui crache dans la soupe ! Je suis soulagé que Romain Schaer n’ait pas cédé aux pressions. Voter pour lui est la seule option pour la frange conservatrice. Il est par ailleurs le meilleur candidat pour réorganiser l’administration cantonale et répondre aux enjeux financiers. Le PDC n’a, lui, plus de ligne. On pouvait auparavant parler des fondements que nous avons en commun. Mais aujourd’hui, ce parti n’est plus un partenaire fiable ».

Enfin, interpellé sur ses intentions pour la suite, Romain Schaer a déclaré qu’il serait candidat aux élections d’octobre prochain. /rch

Romain Schaer

Thomas Stettler


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus