La St-Martin aura un goût différent dans les boucheries

Après l’annonce vendredi de mesures plus strictes dans le canton du Jura pour endiguer la progression ...
La St-Martin aura un goût différent dans les boucheries

Après l’annonce vendredi de mesures plus strictes dans le canton du Jura pour endiguer la progression de coronavirus, les boucheries peuvent faire un trait sur une partie de leurs commandes de St-Martin

C'est une période plus tranquille qui s'annonce dans les boucheries de la région. (Photo : archive). C'est une période plus tranquille qui s'annonce dans les boucheries de la région. (Photo : archive).

La St-Martin fait définitivement les frais de la pandémie. Après l’annulation des marches gourmandes et des repas en salle, ce sont les menus dans les restaurants qui passent à la trappe. Les mesures strictes du Gouvernement jurassien courent jusqu’au dimanche 15 novembre. Les réunions de famille doivent aussi se limiter à cinq personnes. Dans ces conditions, les bouchers contactés n’espèrent pas d’allégement des mesures Covid pour le Revira. Toute la période de St-Martin devra se vivre dans l’intimité des maisons, ce qui va causer un certain manque à gagner pour ces artisans de bouche.

Le pourcentage varie en fonction des spécificités de chaque entreprise. Chez Vallat à Bure, on mise sur les clients privés et les ventes dans une grande enseigne. Les restaurants ne représentent ainsi que 10% du chiffre d’affaires pendant cette période. De plus, Yannick Vallat propose un « pack Covid », à savoir les mets apprêtés mais non cuits du menu de St-Martin. Ailleurs c’est parfois plus compliqué. Pas de restaurant, pas de marché de St-Martin, Stéphane Chappuis de la boucherie Neuenschwander tire un trait sur 40% de ses commandes. Le mois de novembre s’annonce plus tranquille du côté de Courgenay, pour une fois, sans heure supplémentaire. A Boncourt chez Gatherat, où la partie traiteur est plus importante, on prévoit de préparer, par exemple, deux fois moins de boudins. De plus avec la limite à cinq personnes, le menu de St-Martin ne sera pas souvent partagé autour de la table familiale, selon Alain Gatherat, qui a aussi enregistré ces derniers temps des annulations pour les soupers d’entreprises de fin d’année. Tous comptent sur un retour quasi à la normale à Noël. /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus