Cochon comme copain

Savez-vous que nous partageons 95% de notre patrimoine génétique avec le cochon ? C’est l’académicien ...
Cochon comme copain

Savez-vous que nous partageons 95% de notre patrimoine génétique avec le cochon ? C’est l’académicien français Erik Orsenna qui l’écrit dans son nouvel ouvrage « Cochon-Voyage aux pays du Vivant »

Le porc a une mauvaise réputation alors qu'il rend d'énormes services aux humains. (Image d'illustration) Le porc a une mauvaise réputation alors qu'il rend d'énormes services aux humains. (Image d'illustration)

Pour celles et ceux en manque de cochonnaille, on vous propose de vous rendre en librairie pour y acquérir le dernier ouvrage d’Erik Orsenna, paru cet automne aux éditions Stock. Le Matin dimanche a publié dernièrement une interview de l’académicien français. « Cochon – Voyage aux pays du Vivant » place cet animal au centre pour aborder la géographie, l’histoire, ou encore les sciences. On y apprend que le cœur du porc ressemble tellement aux nôtres que nous pouvons greffer ses valves cardiaques. C’est aussi grâce aux cochons que la médecine a découvert l’insuline. Et lorsqu’il était interdit de disséquer les cadavres humains, cet animal a servi de substitut, selon des propos d’Erik Orsenna publié dans Le Matin dimanche.

L’animal représente aussi une énorme réserve de protéines. Son élevage a débuté aux alentours de 7'000 ans avant Jésus-Christ en Mésopotamie, au moment du développement de l’agriculture. Petit à petit au fil des migrations et des mélanges avec d’autres espèces, le cochon domestique a pris forme. Et il a rendu bien des services, qui malheureusement ont terni son image. Au Moyen-Âge, les porcs, laissés libres dans les rues, se nourrissaient des ordures ménagères. De là il n’y a qu’un pas pour comprendre la mauvaise réputation qui colle à cette grosse boule rose. /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus