Classe politique : les inquiétudes du monde agricole jurassien face aux mesures d’économie

Le Canton du Jura envisage de faire des économies dans plusieurs domaines. L’agriculture en ...
Classe politique : les inquiétudes du monde agricole jurassien face aux mesures d’économie

Le Canton du Jura envisage de faire des économies dans plusieurs domaines. L’agriculture en fait partie. Entretien avec le directeur d’AgriJura François Monin

François Monin, directeur d'AgriJura, évoque les différentes inquiétudes concernant les mesures d'économie présentées par le Canton du Jura dans le domaine de l'agriculture. François Monin, directeur d'AgriJura, évoque les différentes inquiétudes concernant les mesures d'économie présentées par le Canton du Jura dans le domaine de l'agriculture.

Le monde agricole s’inquiète des mesures d’économie présentées par le Canton du Jura. La semaine passée, les autorités ont dévoilé leur plan d’action pour faire des économies. De nombreux domaines sont touchés. Parmi eux figure l’agriculture. Les subventions accordées à l’organisation des marchés de bétail n’existeront plus, alors qu’elles se montent à près d’un demi-million de francs aujourd’hui. Le directeur d’AgriJura, François Monin, indique que cette mesure ne restera pas sans suite : « Le nombre de bêtes amenées va être en diminution, avec un effet d’escalade qui sera peut-être la disparition des marchés de bétail à moyen terme », souligne-t-il avec regrets. François Monin ajoute que le nombre de marchands permet une mise aux enchères qui offre aux agriculteurs une plus-value sur leur bétail.


Un frein pour la modernisation

L’État jurassien prévoit aussi de renoncer à une enveloppe de plusieurs centaines de milliers de francs destinée aux investissements agricoles. Cette somme permet notamment de moderniser les moyens agricoles ou d’octroyer des aides pour les repreneurs d’exploitations. D’après François Monin, si cette mesure est confirmée, elle engendrera forcément du retard dans la modernisation de l’agriculture et dans certains dossiers. Le directeur d’AgriJura regrette que le Jura aille « à contre-courant » des volontés de la Confédération avec ces coupes envisagées.

Le Parlement jurassien doit encore se prononcer sur les mesures présentées par le Gouvernement cantonal. /mle