Le prix du cacao prend l’ascenseur

En une année, il a doublé, passant d’environ 2000 à plus de 4000 francs la tonne. Les entreprises ...
Le prix du cacao prend l’ascenseur

En une année, il a doublé, passant d’environ 2000 à plus de 4000 francs la tonne. Les entreprises de la région spécialisées dans le chocolat subissent la situation de différentes manières

Le prix du cacao a doublé en une année. (Photo: ldd) Le prix du cacao a doublé en une année. (Photo: ldd)

Les prix du cacao prennent l’ascenseur. Plusieurs causes expliquent cette situation comme le changement climatique ou encore la crise du covid, indiquait le journal « Le Temps » dans ses colonnes récemment. Parmi les fabricants de chocolat, certains ont vu les prix de leurs produits augmenter. C’est notamment le cas chez le groupe zurichois Lindt & Sprüngli explique le quotidien où ils ont bondi en moyenne de 9,3%.

Dans la région en revanche, les entreprises qui travaillent dans le domaine du chocolat sont impactées de manières différentes. Camille Bloch, par exemple, va plutôt tabler sur un régime minceur à l’interne dans le but d’éviter la répercussion des prix sur la clientèle. « On se rend compte que les consommateurs n’ont pas plus, non plus, dans le porte-monnaie à la fin du mois », explique le responsable des achats stratégiques, René Meier. Reste qu’en une année, le prix du cacao a doublé : « il est passé de 2000 dollars la tonne à plus de 4000 dollars. Au niveau des achats de cacao, ça nous impacte directement puisqu’on achète des fèves et que l’on fait tout le processus chez nous », ajoute René Meier.

René Meier: « On veut essayer d’éviter d’augmenter les prix »

René Meier, responsable approvisionnement chez Camille Bloch SA René Meier, responsable approvisionnement chez Camille Bloch SA

Toujours à Courtelary, Christophe Chocolatier doit lui aussi faire face à ces hausses, mais d’une manière différente puisqu’il ne travaille pas lui-même la fève de cacao. « J’ai déjà eu des avertissements que le chocolat va augmenter l’année prochaine, donc ça se répercute sur nous un peu plus tard », détaille l’artisan chocolatier Christophe Bourquin.

Christophe Bourquin: « Il n’y a plus la régularité qu’il y avait avant, donc c’est plus difficile de prévoir ce que l’on va faire »

Christophe Bourquin, propriétaire de Christophe Chocolatier Christophe Bourquin, propriétaire de Christophe Chocolatier

Le cacao n’est pas l’unique matière première qui augmente. Le sucre, l’emballage, le coût de l’énergie et le coût des transports tout est en hausse. « On ne peut pas faire des augmentations chaque mois », explique Christophe Bourquin avant de continuer « tout a augmenté, le pire, c’est l’emballage tout ce qui est papier-carton, ça a pris 50 voire 80% d’augmentation ». /sbo-rme


Actualisé le

Actualités suivantes