L'abbé Jean-Noël Theurillat rend son étole

C'est une annonce choc dans le monde de l’Eglise catholique du Jura pastoral. L’abbé Jean-Noël ...
L'abbé Jean-Noël Theurillat rend son étole

Jean-Noël Theurillat Jean-Noël Theurillat a un credo, sorti de l'Evangile : « La vérité vous rendra libre ».

C'est une annonce choc dans le monde de l’Eglise catholique du Jura pastoral. L’abbé Jean-Noël Theurillat quitte son ministère. L’information, diffusée mardi dans le clergé, a été rendue publique mercredi par le biais d’un communiqué du diocèse de Bâle.

Ordonné prêtre en 1999, Jean-Noël Theurillat a exercé son ministère durant dix ans dans le Val Terbi. Depuis 2009, il travaillait au Service de l’aumônerie œcuménique de l’Hôpital du Jura et avait mis sur pied le Service d’écoute et d'accompagnement spirituel. « Cela fait des années que je réfléchis et repose les fondements de mon choix de m'engager comme prêtre, raconte sereinement Jean-Noël Theurillat.  Je confirme mes convictions et l'authenticité de mon ministère. J'étais disposé à le poursuivre si cela avait été possible. »

Le célibat en question

La question du célibat a pesé lourd dans la longue réflexion intérieure menée par Jean-Noël Theurillat. « Je l'ai vécu en authenticité et en réalité durant tout mon ministère, mais il y avait une forme d'inachevé. La décision a été prise sans qu'il n'y ait personne ni dans ma tête ni dans mon coeur. Je l'ai prise librement il y a plus d'une année... Depuis, quelque chose qui était verrouillé s'est ouvert et a conduit à une rencontre. Mais ce n'est pas la rencontre qui a décidé, c'est la décision qui a ammené à la rencontre.»

La surprise du clergé jurassien

Cette annonce a surpris le monde du clergé jurassien, qui ne s’attendait pas à une telle décision. Cela fait au moins 25 ans qu’aucun prêtre n’avait choisi de démissionner dans la région. Le vicaire épiscopal Jean Jacques Theurillat a accompagné l'abbé Jean-Noël Theurillat dans son cheminement. « Je ne m'attendais pas du tout à cela, réagit Jean Jacques Theurillat. Je regrette cette décision, mais j'ai compris que c'était important pour son équilibre de vie. J'ai voulu l'accompagner au mieux, comme un frère et non comme une autorité qui sanctionne.»

Suspendu et au chômage

Dès ce mercredi, Jean-Noël Theurillat retrouve le monde laïc. Il est un prêtre suspendu, et donc à la recherche d'un emploi. « Je me sens très libre, mes motivations sont intactes. J'ignore encore le futur de ma vie professionnelle, mais je l'aborde avec élan, motivation et enthousiasme.» /clo

 

Le commentaire de Cyprien Lovis:

Le cheminement de Jean-Noël Theurillat impose le respect mais interpelle. Loyalement, il a osé revisiter sa vie pour faire ressortir sa vérité. Celle qui le rend aujourd’hui libre. Il a préféré la vérité au mensonge.

Courageusement, il a osé aller devant sa hiérarchie pour l’informer de sa décision. Jean-Noël Theurillat a préféré la franchise à l’hypocrisie.

Et aujourd’hui, publiquement, il assume. Il assume ce que nombre de ses confrères ont caché jusqu’au confessionnal. Mais il transgresse les règles du jeu fixées par l’Eglise, qu’il avait acceptées au moment de son ordination. Et il interpelle cette Eglise qui l’autorise à partir, mais lui a empêché de vivre ses sentiments. Comme un rappel que la vocation de prêtre évolue avec le temps et qu’il serait l’heure d’apporter des réponses à ces questions qui ont brisé tant - trop - de vies. Le silence de Rome contraste avec l’appel de Jean-Noël Theurillat.

 

 


Actualisé le