Débat houleux autour de l'eau

Le plan général d’évacuation des eaux passera devant les urnes à Delémont. Ainsi en a décidé ...
Débat houleux autour de l'eau

Les Delémontains auront le dernier mot Les Delémontains auront le dernier mot

Le plan général d’évacuation des eaux passera devant les urnes à Delémont. Ainsi en a décidé lundi le Conseil de ville. Les parlementaires ont accepté au terme d’un débat nourri et parfois houleux de soumettre cet objet au référendum obligatoire. La pomme de discorde dans ce dossier, c’est l’augmentation de 140% des émoluments perçus pour l’évacuation des eaux. Le montant devait ainsi passer de 1,10 à 2,60 francs dès 2014.

Une hausse trop importante et injustifiée selon le groupe UDC qui a brandi la menace d’un référendum, avec l’appui du PLR. Les socialistes ont coupé l’herbe sous le pied des agrariens en proposant le référendum obligatoire, une requête largement acceptée. Le Conseil de ville a également approuvé un échelonnement de la hausse des émoluments, à l’initiative du groupe CS-POP/ Verts. La somme perçue passera ainsi à 1,60 francs en 2014, à 2,10 francs en 2016 et à 2,60 francs dès 2019.

Les Delémontains auront donc le dernier mot. Dans le cadre de ce plan, ils devront également accepter un crédit de 1,7 million de francs pour la période 2013-2017. L’argent sera à disposition pour entretenir le réseau de canalisations.

Rouge moins foncé pour le budget

La bonne surprise est venue lundi soir du budget 2013. La copie soumise au Conseil de ville ne présentait plus qu’un déficit de 667'000 francs, contre près de 1,5 million auparavant. Un résultat obtenu grâce au report de l’harmonisation fiscale entre couples mariés et concubins au niveau cantonal. Les parlementaires n’ont pratiquement pas touché au budget tel qu’il leur était proposé. Ils ont accepté tout au plus une augmentation de la subvention de 2200 francs pour l’association Le Temps des Cerises.

Le législatif delémontain a également donné son feu vert à la vente de deux parcelles de terrain : l’une pour 1,7 million de francs, l’autre pour 210'000 francs. Il a aussi accepté à une motion socialiste qui demande la tenue d’une séance publique sur la politique culturelle de la municipalité. Le Conseil communal devra expliquer comment il entend mettre en place le projet de musée dedié à la BD et à Rosinski. /fra


Actualisé le

Actualités suivantes