Fusion : c’est niet à Mervelier et Courchapoix

Corban reste à ce jour la seule commune qui veut relancer un projet de fusion avec Val Terbi ...
Fusion : c’est niet à Mervelier et Courchapoix

Ambiance détendue malgré les divergences : Christophe Fleury (Corban), Louis-Joseph Fleury (Courchapoix), Martine Brêchet (Mervelier), Alain Guédat (Courroux) et Michel Brahier (Val Terbi) Ambiance détendue malgré les divergences : Christophe Fleury (Corban), Louis-Joseph Fleury (Courchapoix), Martine Brêchet (Mervelier), Alain Guédat (Courroux) et Michel Brahier (Val Terbi)

Corban reste à ce jour la seule commune qui veut relancer un projet de fusion avec Val Terbi. Les autres villages se montrent pour l’instant prudents face à l’appel du pied fait récemment par les autorités de la nouvelle entité fusionnée. La question a été abordée jeudi soir lors de la 3e assemblée de l’association des maires du Val Terbi. La séance s’est tenue dans la cabane forestière de Mervelier.

Les maires de Mervelier et Courchapoix ont clairement refusé de prendre part à un nouveau projet à court terme. « Une législature complète à Val Terbi est nécessaire pour que l’on puisse se positionner », nous a indiqué Martine Brêchet, maire de Mervelier, qui a été nommée jeudi présidente de l’AMVT. La commune de Courroux n’a pas souhaité prendre position dans ce dossier.

Fusion des pompiers du Haut et du Bas

Si une fusion à grande échelle semble exclue à court terme dans le Val Terbi, les collaborations intercommunales, elles, se portent bien. L’association a formé hier un groupe de travail qui doit plancher sur un rapprochement entre les SIS du Haut et du Bas Val Terbi. L’objectif à terme est une fusion des deux corps de pompiers, selon Martine Brêchet. Les commandants des deux SIS, leur organe de surveillance et un représentant de l’ECA Jura étaient présents hier soir à Mervelier. Martine Brêchet souligne par ailleurs la bonne ambiance qui règne actuellement au sein de l’AMVT. /fra


Actualisé le

Actualités suivantes