Vers un hôpital de l’Arc jurassien ?

L’Hôpital du Jura veut « soigner ensemble ». Il ambitionne de développer une institution intercantonale ...
Vers un hôpital de l’Arc jurassien ?

La La "vision 2025" de l'Hôpital du Jura a été présentée (de gauche à droite) par le docteur Michel Périat (membre du Conseil d'administration), Kristian Schneider (directeur de l'H-JU), Pauline de Vos Bolay (présidente du Conseil d'administration) et Yannick Mercier (chef du département médical)

L’Hôpital du Jura veut « soigner ensemble ». Il ambitionne de développer une institution intercantonale et de créer un nouveau site de soins aigus. Cette « stratégie 2025 » a été présentée vendredi matin par le Conseil d’administration de l’H-JU. Sa présidente, Pauline de Vos Bolay, évoque « une survie à long terme. Si nous ne faisons rien, il y a un fort risque que nos prestations s’appauvrissent ».

La stratégie hospitalière régionale imaginée par le Conseil d’administration de l’Hôpital du Jura concerne essentiellement les soins aigus. La vision idéale fait état d’une structure intercantonale, avec Neuchâtel et le Jura bernois. Chaque région posséderait, d’ici 10 à 15 ans, un site de soins aigus. Les prestations seraient clairement réparties entre les trois lieux. Cette vision découle de problèmes démographiques. Le bassin de population jurassien, environ 70'000 habitants, ne permet plus d’avoir un plateau médico-technique de pointe. Un tel service serait possible avec une population globale de 250'000 personnes, soit le Jura, le Jura bernois et Neuchâtel. Pour l’heure, Bienne n’entre pas dans la réflexion du Conseil d’administration de l’H-JU. La prise en charge des maladies chroniques et la réadaptation resteraient des prestations de proximité.

Cette vision doit à présent recevoir l’aval des instances politiques. Elle a été présentée au Gouvernement jurassien au début du mois. Les ministres en ont déjà parlé avec leurs homologues bernois et neuchâtelois. Mais pour l’heure, aucune prise de position n’a été communiquée. L’H-JU attend la signature d’une convention d’intention politique d’ici la fin de l’année. Cette convention doit permettre de démarrer des travaux intercantonaux.

Un nouveau site de soins aigus dans les dix ans

Le deuxième projet présenté vendredi matin devrait se concrétiser, quel que soit l’avenir réservé à l’institution intercantonale. Sur la base d’une pré-étude, le Conseil d’administration a même déjà retenu une variante pour la création d’un nouvel hôpital de soins aigus. Il laisse de côté une modernisation du site de Delémont et une transformation des structures actuelles au profit d’une nouvelle construction. Cette dernière doit voir le jour dans les dix prochaines années, à proximité de l’axe autoroutier. Des questions financières sont notamment mises en avant. Les coûts seraient comparables à une transformation ou à une modernisation et les frais d’exploitation devraient baisser. Mais une étude plus approfondie doit encore confirmer ces avantages. Une réflexion est aussi en cours concernant l’endroit idéal. /msc


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus