« Il faut redonner le moral aux entreprises »

Les chambres de promotion économique de l’Arc jurassien veulent mobiliser banques et politiciens ...
« Il faut redonner le moral aux entreprises »

Les chambres de promotion économique de l’Arc jurassien veulent mobiliser banques et politiciens pour aider l’industrie à prendre le virage digital

Méchanique horlogère

Internet des objets, industrie 4.0…  le train de la digitalisation est en marche. Pour les chambres du commerce et d’économie de l’Arc jurassien, il est impératif que l’industrie régionale investisse pour poursuivre son développement dans cette direction. Problème : le secteur subit de fortes pressions économiques depuis  plus deux ans, ce qui empêche les entreprises d’y consacrer les moyens  nécessaires.

 

La pression se relâche, mais pas assez

Les quatre organes régionaux (la Chambre d’économie publique du Jura bernois, la chambre économique Bienne-Seeland, la Chambre neuchâteloise du commerce et de l’industrie et la Chambre du commerce et d’industrie du Jura) ont réuni la presse mercredi matin à La Neuveville pour présenter un état des lieux commun et plaider pour de meilleures conditions-cadre. Depuis les 24 derniers mois, le contexte économique s’est un peu amélioré.  « Pas suffisamment » pour Patrick Linder, directeur de la CEP, pour qui une partie du secteur est dans un état d’ « hypothermie ».  Le système ne tourne pas  à plein régime ce qui provoque une dégradation sur le long terme. Le problème est particulièrement fort pour les petites entreprises de 50 personnes et moins, qui s’appuient sur leurs réserves en constante diminution.

 

Mieux connecter les PME aux organes de soutien

Plusieurs solutions sont évoquées : augmenter la durée d’indemnisation du chômage partiel ou prendre en charge le salaire des maîtres d’apprentissage dans certains cas. « Il faudrait diminuer les prescriptions et les coûts imputés aux entreprises » renchérit Jean-Frédéric Gerber, directeur de la CCIJ.  Les chambres espèrent envoyer un signal aux banques pour qu’elles assouplissent leurs conditions d’octroi de crédit à ceux qui ont de réelles perspectives. Elles se donnent enfin un rôle à jouer pour créer des liens entre la Commission pour la technologie et l’innovation et les PME, parfois déboutées par les démarches à faire pour obtenir du soutien. /sca

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus