L’apprentissage reste la voie préférée des jeunes jurassiens

L’apprentissage a la cote auprès des jeunes en fin de scolarité. 45% des élèves optent pour ...
L’apprentissage reste la voie préférée des jeunes jurassiens

Presque la moitié des élèves optent pour une formation professionnelle après l’école obligatoire selon une étude du canton du Jura

-

L’apprentissage a la cote auprès des jeunes en fin de scolarité. 45% des élèves optent pour une formation professionnelle, selon une étude du canton du Jura parue lundi, alors qu’un peu plus du quart se dirige vers une formation générale du secondaire II, comme le lycée ou l’École de culture générale. Le quart restant a recours à une mesure dite de «  transition  », comme l’option orientation de l’école de culture générale, un préapprentissage ou encore un séjour linguistique. Seul un très faible pourcentage n’a pas de projet particulier.

Il ressort de cette étude que la proportion de jeunes qui commencent une formation générale ou une formation professionnelle directement après la fin de la scolarité obligatoire s’est globalement réduite. Elle s’établit, en juillet 2017, à 70.81%, alors qu’elle se situe habituellement entre 73 et 76%. Une diminution qui s'explique par une combinaison de plusieurs facteurs. Parmi eux, la situation économique, la diminution de l'offre des places d'apprentissage dans certains domaines, la limitation des choix que s’imposent les jeunes eux-mêmes, par exemple par méconnaissance de l’offre de formations disponibles ou en raison des clichés liés au caractère genré de certains métiers. De plus, les jeunes issus de la migration rencontrent parfois des difficultés relatives à la maîtrise de la langue.

En dépit du constat d’un passage plus difficile dans une formation certifiante du secondaire II, le nombre de jeunes ayant recours à une mesure de transition reste stable. En effet, la proportion de 25.11% de jeunes se dirigeant vers une mesure de transition inclut un nombre relativement élevé d’élèves qui effectuent une douzième année après avoir répété une année pendant leur scolarité obligatoire. Sans cet élément particulier, la proportion réelle d'élèves en transition se situe à 15.7%, soit parfaitement dans la moyenne des cinq dernières années. /comm+emu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus