La gauche derrière l'initiative sur les familles

Un comité de soutien s’est formé pour appeler à voter « oui » à l’initiative sur les prestations ...
La gauche derrière l'initiative sur les familles

Un comité de soutien s’est formé pour appeler à voter « oui » à l’initiative sur les prestations complémentaires pour les familles et « non » au contre-projet, en vue de la votation cantonale du 10 juin prochain dans le Jura

initiative pour prestations complémentaires pour les familles Le comité de soutien à initiative pour prestations complémentaires appelle à voter en faveur du texte et contre le contre-projet.

« La famille n’a pas de prix » : c’est le slogan du comité de soutien à l’initiative qui sera soumise en votation le 10 juin dans le Jura. Le texte lancé par le PCSI demande l’introduction de prestations complémentaires pour les familles à revenus modestes. Le comité qui a présenté ses arguments vendredi matin réunit toute la gauche. Il regroupe le PCSI, le PS, le CS-POP et les Verts ainsi que le PEV, Caritas Jura ou encore les syndicats.

 

Des coûts supportables pour l’Etat

Le comité affirme que les prestations complémentaires pour les familles – déjà mises en place dans certains cantons - permettraient de garantir un revenu vital et de sortir certaines personnes de l’aide sociale. La prestation toucherait 990 familles dans le Jura, soit 2'870 personnes pour un coût évalué entre 4,5 et 6,5 millions de francs par an, soit 0,5% du budget du canton. Elle permettrait d’accorder une aide de 800 à 1'000 francs par mois aux familles dans le besoin. Pour le comité de soutien, la prestation serait supportable pour les finances de l’Etat et pourrait être appliquée sans hausse de la quotité d’impôt.

 

Un contre-projet inefficace

Le peuple devra également se prononcer le 10 juin sur un contre-projet qui prévoit un renforcement des réductions des primes maladies. Le texte soutenu par le Gouvernement et la majorité du Parlement concernerait 600 familles, soit 2'000 personnes, pour un coût total de 2,2 millions de francs. Il apporterait un subside de 225 à 250 francs par mois pour les familles à revenus modestes. Le comité de soutien à l’initiative estime que le contre-projet serait « inefficace » et qu’il accorderait de l’argent versé directement aux assureurs. Il affirme également qu’un tel renforcement de la réduction des primes maladies permettrait uniquement d’éviter à certaines personnes de basculer dans l’aide sociale. /comm + fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes